loader

Blé: Le marché en correction

Le marché international du blé est passé par moult interrogations ces dernières semaines. Les incendies en Californie, la sécheresse chez les principaux producteurs et les rumeurs sur les limitations de vente à l’étranger de la Russie, premier exportateur mondial, ont fait grimper les cours. Dans son dernier bulletin sur l’offre et la demande de céréales du 7 juillet dernier, l’Organisation des Nations unies pour l’alimentation et l’agriculture (FAO) évoquait une possible « réduction de la production céréalière et des perspectives négatives sur la campagne de commercialisation 2018-2019 ». Seulement, Moscou a démenti les rumeurs de restriction de vente. Conséquence, les cours sont à la baisse. Le boisseau (27,21 kg) de blé américain pour décembre est passé de 5,6250 dollars (3177,12 F), à 5,4775 dollars (3094,04 F) soit un repli de 2,62%. On a observé la même tendance sur le marché européen. Le 24 août dernier, sur Euronext, la tonne de blé coûtait 202,25 euros (132 667,3 F) sur l’échéance de septembre en repli de 1,75 euro et 204,25 euros (133 979,22 F) sur celle de décembre, en repli de 1,50 euros, rapporte la plateforme terre-net.fr. Au Cameroun, les importations de blé sont en légère hausse. La note de conjoncture sur le commerce extérieur au premier semestre 2018 montre que le pays a importé 173 610 tonnes de blé contre 145 322 tonnes au dernier semestre 2017. Ces importations ont coûté respectivement 25,885 milliards de F et 22,451 milliards de F, soit une hausse en valeur absolue de 3,434 milliards de F. La production annuelle, quant à elle, tourne autour de 900 tonnes d’après l’atlas des statistiques sur les matières premières en ligne, Actualitix.

Partager cet article

Commentaires

    List is empty.

laisser un commentaire

Autres articles Ă  lire ...


Après les travaux préliminaires débutés e...


Le 30 octobre dernier à Yaoundé, les experts de la douane de l’Afrique centrale et de l’Ouest se sont séparés après deux jours d’échanges et de réflexions sur l’avenir de ce secteur névralgique, à l’aube de la création de la zone de libre-échange continentale africaine (ZLEC). L’élaboration des premiers contours du plan stratégique triennal 2019-2022 en vue de faciliter les échanges en est la principale résolution. L’option de la mutualisation des forces, à travers entre autres, l’harmonisation des régimes douaniers et la nu...


La Chambre de commerce, d’industrie, des mines et de l’artisanat du Cameroun (CCIMA) tire la sonnette d’alarme. Le chiffre d’affaires des promoteurs des PME de la place est en baisse selon une récente étude réalisée en mars et avril derniers, disponible sur son site Internet. Sur un échantillon de 241 PME, 44,59% des chefs d’entreprises consultés dans le cadre de l’enquête baromètre 2018 reconnaissent une baisse de chiffre d’affaires en 2017.

L’enquête révèle en outre que les artisans ont été les plus affectés (65%) du fait des condition...