loader

ordres de bourse: Le marché national proche de 100 séances de cotation en 2018

Le potentiel d’appréciation d’une action à vendre, à acheter ou à conserver en bourse est fonction de la fragilité ou la solidité de résistance (hausse des cours) ou support (la baisse des prix). Celles-ci s’interprètent par des lignes appelées droite de support ou droite de résistance. A court et à moyen terme, ces lignes caractérisent la zone de soutien avec une présentation de la capacité de retournement de tendance potentiellement plus importante et les moyennes mobile des valeurs cotées. La progression substantielle des volumes de transactions, permet d’inverser la vapeur, et relance durablement les courants acheteurs et vendeurs. Pour le marché national (DSX) le trend de fond global de la place reste neutre. Les supports et résistances actuels sont observés depuis le premier trimestre 2018, dont un cadre d’oscillation inerte et par conséquent un marché très peu volatile. Cette semaine encore, le mouvement est demeuré stable aussi bien sur les cours, les ordres et la capitalisation boursière. Une capitalisation qui traine à remonter depuis sa dernière chute du mois dernier. Dans le même temps, le compartiment obligations connait un nouvel enlisement. Alors que la place se rapproche de ses 100 séances de cotation de l’année, le rapport offre-demande connait une pondération à 95,03%.

Partager cet article

Commentaires

    List is empty.

laisser un commentaire

Autres articles à lire ...


Après les travaux préliminaires débutés e...


Le 30 octobre dernier à Yaoundé, les experts de la douane de l’Afrique centrale et de l’Ouest se sont séparés après deux jours d’échanges et de réflexions sur l’avenir de ce secteur névralgique, à l’aube de la création de la zone de libre-échange continentale africaine (ZLEC). L’élaboration des premiers contours du plan stratégique triennal 2019-2022 en vue de faciliter les échanges en est la principale résolution. L’option de la mutualisation des forces, à travers entre autres, l’harmonisation des régimes douaniers et la nu...


La Chambre de commerce, d’industrie, des mines et de l’artisanat du Cameroun (CCIMA) tire la sonnette d’alarme. Le chiffre d’affaires des promoteurs des PME de la place est en baisse selon une récente étude réalisée en mars et avril derniers, disponible sur son site Internet. Sur un échantillon de 241 PME, 44,59% des chefs d’entreprises consultés dans le cadre de l’enquête baromètre 2018 reconnaissent une baisse de chiffre d’affaires en 2017.

L’enquête révèle en outre que les artisans ont été les plus affectés (65%) du fait des condition...