loader

Croissance économique: 2018 démarre mieux que 2017

Au terme des trois premiers mois de l’année en cours, le produit intérieur brut a crû de 3,2% par rapport à la même période en 2017, caractérisé par un ralentissement de l’activité.

De janvier à mars 2018, l’activité économique a affiché de bonnes performances. Sur ces trois premiers mois de l’année, le produit intérieur brut (PIB) trimestriel enregistre une croissance de 3,2%. Par rapport à la performance obtenue à la même période en 2017 avec une croissance modérée du PIB de 1,1% couplé à un ralentissement de l’activité économique, on peut aisément dire que l’année 2018 démarre mieux que la précédente. Bien qu’on soit encore loin du niveau atteint au premier trimestre 2016 avec une croissance de 5,4%. Quelques semaines après la publication des données sur le commerce extérieur au premier trimestre 2018, l’Institut national de la statistique (INS) vient de publier les Comptes nationaux trimestriels. En dépit de la reprise globale que l’on observe en ce début d’exercice, du côté de l’offre, la situation dans les différents secteurs de l’économie n’a pas réellement évolué. Notamment avec le secteur secondaire qui continue de tirer la croissance vers le bas du fait de sa contribution négative (-0,3 point) au terme des trois premiers mois de l’année contre -1,5 point à la même période en 2017. Cette fois, ce sont les activités de construction (BTP), de production et distribution d’électricité et de l’eau qui se sont bien comportées. Ce qui n’est pas le cas pour les branches « extraction de pétrole brut » et « industries agroalimentaires » où on enregistre un repli de l’activité. Sans surprise, les secteurs primaire et tertiaire ont contribué positivement à la croissance au cours du premier trimestre 2018. Particulièrement les branches «agriculture vivrière» dans le primaire et « administration publique, santé et éducation » s’agissant du tertiaire, en raison de l’accroissement des dépenses de personnel. Du côté de la demande, comme au premier trimestre 2017, l’amélioration de la croissance économique a été essentiellement soutenue par la consommation finale et l’investissement. Toutefois, note l’INS, « cette évolution contraste avec la baisse du volume des échanges extérieurs marqué par un repli de 3,8% des exportations et une hausse de 12% des importations. Ainsi, le trimestre se solde avec une balance commerciale encore en détérioration ». D’après les chiffres de l’INS, le déficit de la balance commerciale du premier trimestre 2018 se chiffre à 253,4 milliards de F. Il est en augmentation de 159,5 milliards de F (+169,7%) par rapport au premier trimestre 2017.

Partager cet article

Commentaires

    List is empty.

laisser un commentaire