loader

Natural Garden: Industrialiser et universaliser le Nappy

Cette start-up de cosmétique naturelle surfe sur la vague nature locale mais aussi mondiale.

Réunir l’ambition de gagner de l’argent, de magnifier sa foi religieuse, de répondre aux consommateurs et plus encore. La possibilité d’un tel attelage est l’histoire de Natural Garden que raconte Suzanne Mouelle, sa patronne. « La société est fondée sur la philosophie selon laquelle le Créateur a placé tout ce dont l’homme a besoin pour sa beauté, sa santé et son bien-être dans la nature », assure la promotrice. Si ses huiles végétales et savons sont fabriqués à partir de produits naturels (fruits, plantes), issus du terroir camerounais, Natural Garden n’hésite pas à s’approvisionner autant auprès de fournisseurs locaux qu’internationaux pour obtenir les meilleurs ingrédients et conditionnements. L’idée fondatrice de cette figure du Made in Cameroon n’étaitelle pas d’ailleurs de fabriquer des solutions 100 % naturelles d’entretien et de soin de « la beauté naturelle des hommes et femmes d’origines africaine et européenne » ? Flairant comme d’autres une tendance forte de la consommation. « Le regain d’intérêt pour le bio s’explique par une lassitude de la clientèle africaine par rapport aux dégâts causés par le décapage de la peau et le défrisage des cheveux, les chutes de cheveux liées à l’utilisation excessive des greffes et autres tissages. Cette tendance est couplée d’un sentiment identitaire de fierté et d’affirmation de ses origines (mouvement Nappy). Chez les Européens, le retour à la nature permet de s’affranchir de la dépendance aux produits de synthèse… », explique Mme Mouelle. L’aventure ainsi lancée en janvier 2014 a pu bénéficier d’équipements anciens telle une unité de fabrication d’huiles végétales naturelles rachetée à Douala où elle est établie. L’huilerie a été complétée par une fabrique de savons. Mais dans la maison, on semble encore plus fier de ses moyens humains décrits comme : une équipe de spécialistes passionnés par le bien-être au naturel et convaincus que l’Afrique peut devenir une source majeure d’approvisionnement de produits naturels de qualité, pour le monde entier. En attendant de détrôner les plus grands, Natural Garden avance. « Nous avons relooké notre packaging, amélioré les recettes et le parfum de nos produits avec des essences naturelles, relocalisé notre activité sur un site propre, développé notre distribution locale et en Afrique du Sud, bientôt en France et en Côte d’Ivoire, amplifié notre communication sur les réseaux sociaux… », résume Suzanne Mouelle. Une progression qui a besoin de sauter par dessus des obstacles pour ne jamais s’interrompre. Chez cette Pme, l’on souffre du manque de notoriété, handicap à la rotation des produits sur les étals. Les tarifs de publicité et promotion demeurent quelque peu prohibitifs pour la start-up. « De plus, complète la chef d’entreprise, l’approvisionnement en certaines matières premières et emballages est coûteux et pas facilement accessible. Enfin, la clientèle est plus souvent attirée vers les offres importées ou bas de gamme, voire de mauvaise qualité disponibles dans les marchés, en raison de leur prix plus abordable ».

Partager cet article

Commentaires

    List is empty.

laisser un commentaire

Autres articles à lire ...


Après les travaux préliminaires débutés e...


Le 30 octobre dernier à Yaoundé, les experts de la douane de l’Afrique centrale et de l’Ouest se sont séparés après deux jours d’échanges et de réflexions sur l’avenir de ce secteur névralgique, à l’aube de la création de la zone de libre-échange continentale africaine (ZLEC). L’élaboration des premiers contours du plan stratégique triennal 2019-2022 en vue de faciliter les échanges en est la principale résolution. L’option de la mutualisation des forces, à travers entre autres, l’harmonisation des régimes douaniers et la nu...


La Chambre de commerce, d’industrie, des mines et de l’artisanat du Cameroun (CCIMA) tire la sonnette d’alarme. Le chiffre d’affaires des promoteurs des PME de la place est en baisse selon une récente étude réalisée en mars et avril derniers, disponible sur son site Internet. Sur un échantillon de 241 PME, 44,59% des chefs d’entreprises consultés dans le cadre de l’enquête baromètre 2018 reconnaissent une baisse de chiffre d’affaires en 2017.

L’enquête révèle en outre que les artisans ont été les plus affectés (65%) du fait des condition...