loader

Préparation du budget 2019: Les ressources de restructuration évaluées

Des conférences de budgétisation se sont tenues à cet effet du 1er au 3 août dernier à Yaoundé afin de vérifier la pertinence des activités à financer.

Dans le cadre de la préparation de son budget pour l’exercice 2019, l’Etat du Cameroun est en train de déterminer le montant des ressources qu’il devra allouer aux établissements et entreprises du secteur public et parapublic (EEP). Il s’agit principalement des organismes en cours de réhabilitation dans le cadre des contrats plans, mécanisme mis sur pied par l’Etat pour assurer la remise à flot desdites structures confrontées à des difficultés structurelles. L’exercice de budgétisation piloté conjointement par les ministères en charge de l’Economie et des Finances a rassemblé durant trois jours (du 1er au 3 août dernier), 15 EEP des secteurs de la production et du commerce ; de la recherche et de l’innovation ; de la santé, du social, et de l’infrastructure. Ces organismes, dans le cadre du budget 2018 bénéficient au titre des ressources de restructuration, d’une enveloppe de 10 milliards de F répartis dans un arrêté conjoint du ministre des Finances et de l’Economie signé en février dernier. Des fonds affectés au financement de projets. Ainsi, les conférences de budgétisation auxquelles ces entreprises et établissements ont pris part la semaine dernière, visaient dans un premier temps, à faire le point sur le niveau de mobilisation des ressources à leur niveau, rendu à mi-parcours de l’année. Car, explique-t-on au Minepat, le décaissement des fonds se fait sur la base des factures et décomptes produits par ces organismes. L’utilisation efficiente de ces ressources dépend de la diligence des EEP. Dans la pratique en effet, les contrats-plans peuvent connaître des modifications en phase exécutoire pour diverses raisons : insuffisante maturation des activités, relative prise en compte des contraintes techniques au départ, report des activités résultant ou non d’un retard dans la mobilisation des fonds, évolution de l’environnement et des priorités. D’où la nécessité d’effectuer cette revue à mi-parcours. En août 2017, à l’issue des dernières conférences de budgétisation, les performances globales des contrats plans ont été jugées fortement mitigées. Ceci en raison d’un certain nombre de manquements observés. Les conférences de budgétisation bouclées le 3 août dernier visaient à corriger ces faiblesses. Un impératif, dans le contexte actuel de rareté des ressources budgétaires. Une liste des EEP dont les ressources de réhabilitation seront programmées dans le budget 2019 doit maintenant être dressée. Ces fonds sont répartis entre les budgets d’investissement public (BIP) des ministères de tutelle, le guichet réhabilitation et restructuration et les fonds propres de chacune des EEP. Le cahier de charges actualisé contenant les activités projetées par chaque organisme assorti des coûts sera également produit. De même qu’un tableau retraçant l’état de maturité de chaque activité.

 

Partager cet article

Commentaires

    List is empty.

laisser un commentaire

Autres articles Ă  lire ...


Après les travaux préliminaires débutés e...


Le 30 octobre dernier à Yaoundé, les experts de la douane de l’Afrique centrale et de l’Ouest se sont séparés après deux jours d’échanges et de réflexions sur l’avenir de ce secteur névralgique, à l’aube de la création de la zone de libre-échange continentale africaine (ZLEC). L’élaboration des premiers contours du plan stratégique triennal 2019-2022 en vue de faciliter les échanges en est la principale résolution. L’option de la mutualisation des forces, à travers entre autres, l’harmonisation des régimes douaniers et la nu...


La Chambre de commerce, d’industrie, des mines et de l’artisanat du Cameroun (CCIMA) tire la sonnette d’alarme. Le chiffre d’affaires des promoteurs des PME de la place est en baisse selon une récente étude réalisée en mars et avril derniers, disponible sur son site Internet. Sur un échantillon de 241 PME, 44,59% des chefs d’entreprises consultés dans le cadre de l’enquête baromètre 2018 reconnaissent une baisse de chiffre d’affaires en 2017.

L’enquête révèle en outre que les artisans ont été les plus affectés (65%) du fait des condition...