loader

Intouch: Presque tous les services sur un mobile

Du transfert d’argent au paiement à distance, la solution arrive pour agréger des offres qui coexistent et limitent les échanges marchands.

Comme le téléphone à deux ou trois cartes Sim, l’idée d’Intouch est inspirée de l’observation du quotidien de l’usager africain des NTIC. Il s’agit d’une offre de services qui ambitionne de régler quelques problèmes « qui se sont toujours posés aux réseaux de distribution des services digitaux », annonce Abdou Fattah Sylla, country manager de cette entreprise née au Sénégal. Avis donc à ceux qui font face à de multiples terminaux et opérateurs pour payer ou se faire payer sans espèces. En général, dans les commerces, l’affaire exige qu’il y ait autant de contrats que d’opérateurs, impose de disperser son fonds de roulement dispersé et rend mal aisé le reporting des opérations. « Par souci de simplification, certains privilégient donc parfois un seul opérateur, ou n’acceptent que le cash, se privant ainsi de sources importantes de revenus », commente M. Sylla, sûr de ce que la réponse qu’il apporte va trouver sa place au soleil sur un marché très dynamique. Intouch fournit donc une interface unifiée pour toutes les transactions et autorise les marchands à utiliser un stock neutre de moyens de paiement pour tout type de service. En clair, le vendeur de service de monnaie électronique Z, en recourant à Intouch, peut désormais commercer avec les clients de X et Y, concurrents de Z. Bien plus, l’interface de reporting permet rapidement de faire les comptes en fin de journée ou sur une période définie. « Nous donnons donc aux marchands la possibilité d’optimiser la gestion de leur trésorerie mais aussi de disposer de services supplémentaires pour générer des revenus additionnels », annonce le vendeur en chef de ce service en gestation. Intouch revendique cependant de l’expérience, en tant que fintech (pour désigner l’entreprise spécialisée qui allie nouvelle technologie et finance). C’est une multinationale panafricaine (présente dans six et bientôt huit pays du nord, de l’ouest et de l’est africain) créée en 2014 qui se consacre aux solutions d’agrégation de moyens de paiement et de services digitaux. Quatre ans après, son catalogue de services digitaux s’étend : transfert d’argent, dépôts et retraits sur wallet (portefeuille sécurisé), vente de crédit téléphonique, produits d’assurance, paiement de factures… Le tout via un seul appareil (smartphone, ordinateur), avec un seul fond de roulement et un compte unique pour tous les opérateurs. « Nous leur permettons aussi de faciliter le paiement de leurs clients via un module appelé Touchpay qui intègre tous les moyens de paiement disponibles (mobile money, carte bancaire, carte à gratter, etc.) », précise M. Sylla. Rémunérés sur les commissions de grossistes qu’elle négocie avec les partenaires de services (Orange, MTN, Express Union, ENEO, CDE, etc.), Intouch n’en assure pas moins que ses « clients [garderont] leurs commissions intactes tout en bénéficiant de [sa] solution ». Sans parler des services additionnels avant ou après la vente : formation, hotline disponible tous les jours de 7 h à 23 h. Le seul investissement que le marchand devrait avoir à faire est l’achat du terminal Intouch. A prévoir : plus ou moins 40 000 F.

Partager cet article

Commentaires

    List is empty.

laisser un commentaire

Autres articles à lire ...


Après les travaux préliminaires débutés e...


Le 30 octobre dernier à Yaoundé, les experts de la douane de l’Afrique centrale et de l’Ouest se sont séparés après deux jours d’échanges et de réflexions sur l’avenir de ce secteur névralgique, à l’aube de la création de la zone de libre-échange continentale africaine (ZLEC). L’élaboration des premiers contours du plan stratégique triennal 2019-2022 en vue de faciliter les échanges en est la principale résolution. L’option de la mutualisation des forces, à travers entre autres, l’harmonisation des régimes douaniers et la nu...


La Chambre de commerce, d’industrie, des mines et de l’artisanat du Cameroun (CCIMA) tire la sonnette d’alarme. Le chiffre d’affaires des promoteurs des PME de la place est en baisse selon une récente étude réalisée en mars et avril derniers, disponible sur son site Internet. Sur un échantillon de 241 PME, 44,59% des chefs d’entreprises consultés dans le cadre de l’enquête baromètre 2018 reconnaissent une baisse de chiffre d’affaires en 2017.

L’enquête révèle en outre que les artisans ont été les plus affectés (65%) du fait des condition...