loader

Financement participatif: La touche des agents du marketing social

Ils permettent de mobiliser une communauté d’internautes pour faciliter l’obtention de financements dans le cadre d’un projet.

La deuxième édition des « Ateliers de Carrières », le 23 juin dernier à la Chambre de commerce de Yaoundé a donné à voir et à entendre sur le financement participatif des entreprises. Plus de 250 start-upers ont assisté à des séances de coaching et d’informations sur certains usages dans le domaine. « Les spécialistes du marketing social jouent actuellement un rôle capital dans la recherche de fonds. D’ailleurs, le métier s’est diversifié depuis trois ans », explique Philippe Nouanga, Community Manager. Ce mode de financement alternatif et innovant encore appelé « Crowdfunding » est présenté comme l’un des plus accessibles. Ceci, du fait des contributions plus ou moins modestes provenant d’un nombre plus ou moins important de contributeurs sur les plateformes en ligne. « Au Cameroun, deux start-ups sur cinq ont recours à cette démarche », croit savoir François Noumedem, spécialiste du financement participatif. La raison ? « Pas besoin de présenter des justificatifs allant du titre foncier à de nombreux documents administratifs et financiers », explique-t-il. Selon la Banque mondiale, le financement via des entreprises par le Crowdfunding en Afrique pourrait atteindre plus de 1375 milliards de F dans les sept prochaines années. Cette tendance pourrait se décupler en fonction du mobile banking en pleine expansion. Pour ce faire, les spécialistes du marketing social sont mis à contribution. Ces derniers interviennent en amont et en aval du processus. Ainsi, compte tenu de l’évolution constante dans le métier, on distingue le community manager (CM) et le Social Media Manager. Le social media manager travaille plus dans la réflexion et dans la stratégie. Ce dernier réfléchit à l’implémentation d’une entreprise, d’une marque ou d’une responsabilité sur les réseaux sociaux. Et le Community Manager agit pour l’opérationnel. Le procédé qui semble à portée de main n’est pas sans risque. Pour preuve, les spécialistes du domaine conseillent d’avoir un avis éclairé. Aussi bien avant, pendant et après la levée de fonds qui vont généralement des sommes modiques de 500 F à des dizaines de milliers de F.

Partager cet article

Commentaires

    List is empty.

laisser un commentaire

Autres articles à lire ...


Après les travaux préliminaires débutés e...


Le 30 octobre dernier à Yaoundé, les experts de la douane de l’Afrique centrale et de l’Ouest se sont séparés après deux jours d’échanges et de réflexions sur l’avenir de ce secteur névralgique, à l’aube de la création de la zone de libre-échange continentale africaine (ZLEC). L’élaboration des premiers contours du plan stratégique triennal 2019-2022 en vue de faciliter les échanges en est la principale résolution. L’option de la mutualisation des forces, à travers entre autres, l’harmonisation des régimes douaniers et la nu...


La Chambre de commerce, d’industrie, des mines et de l’artisanat du Cameroun (CCIMA) tire la sonnette d’alarme. Le chiffre d’affaires des promoteurs des PME de la place est en baisse selon une récente étude réalisée en mars et avril derniers, disponible sur son site Internet. Sur un échantillon de 241 PME, 44,59% des chefs d’entreprises consultés dans le cadre de l’enquête baromètre 2018 reconnaissent une baisse de chiffre d’affaires en 2017.

L’enquête révèle en outre que les artisans ont été les plus affectés (65%) du fait des condition...