loader

Port autonome de Kribi: Le terminal polyvalent confié à un consortium camerounais

KPMO pour une période transitoire de deux ans, devra mettra en valeur son expertise. La signature du contrat avec le PAK a eu lieu le 9 juillet 2018 à Kribi.

« Les nationaux ont leur mot à dire dans la gestion des ports au Cameroun ». Ces propos sont du président du consortium Kribi polyvalent multiple operators (KPMO), Gabriel Manimben. Au nom des neufs opérateurs économiques qui forment l’entreprise camerounaise KPMO, son président a signé le 9 juillet dernier à Kribi, le contrat de sous-traitance pour l’exploitation en régie de certaines activités du terminal polyvalent du port autonome de Kribi (PAK). Une entreprise locale qui, pour les observateurs, est la valorisation de l’expertise et du savoir-faire national en matière de gestion portuaire. Bien que ce soit un contrat à durée déterminée (deux ans), le temps nécessaire pour le PAK de sélectionner un nouveau partenaire capable de mettre efficacement en valeur cette infrastructure, l’exploitation du terminal polyvalent par KPMO se fera en régie. C’est un mode de gestion d’un service public. Cette gestion consiste pour le PAK à effectuer l’ensemble des opérations de manutention du terminal polyvalent avec son matériel et son personnel propre à ses frais et risques. Le PAK ne crée donc pas une personne juridique. La régie, d’après les experts est expressément mise en oeuvre parce que prévue pour des prestations qui par leur nature ne doivent souffrir d’aucun retard de réalisation ou du démarrage. On retiendra aussi que l’enjeu de l’exploitation en régie du terminal polyvalent est de maintenir un niveau de productivité élevé, accompagné de tarifs de manutention compétitifs et adaptés. Cette combinaison, apprend-t-on, permettra aux compagnies maritimes de planifier sereinement leurs escales au port de Kribi et bénéficiera aux opérateurs économiques camerounais et sous régionaux. De gros avantages en perspective. La proximité de l’autorité portuaire locale qui gère le service en direct ; le tarif de service public est décidé par l’autorité portuaire locale et peut être changé à tout moment en fonction des réalités de la gestion du service. Avec un tirant d’eau de 16 mètres, le terminal polyvalent qui entre en service dans les prochains jours, va accueillir des navires conventionnels de 25 000 à 30 000 DWT. Si on prend en compte les meilleures pratiques internationales pour établir le tonnage moyen par jour travaillé, on pourrait se situer autour de 1200 tonnes par jour. Sur la base d’une à deux escales mensuelles, le trafic moyen que le PAK estime pouvoir traiter lors des deux années de régie se situe entre 400 000 tonnes et 500 000 tonnes. Le contrat signé entre le PAK et KPMO précise donc le périmètre d’action de cette intervention, les charges auxquelles chacune des deux parties fera face, les responsabilités incombant à l’un ou l’autre, de même que la grille d’allocation des revenues générées.

Partager cet article

Commentaires

    List is empty.

laisser un commentaire

Autres articles à lire ...


Après les travaux préliminaires débutés e...


Le 30 octobre dernier à Yaoundé, les experts de la douane de l’Afrique centrale et de l’Ouest se sont séparés après deux jours d’échanges et de réflexions sur l’avenir de ce secteur névralgique, à l’aube de la création de la zone de libre-échange continentale africaine (ZLEC). L’élaboration des premiers contours du plan stratégique triennal 2019-2022 en vue de faciliter les échanges en est la principale résolution. L’option de la mutualisation des forces, à travers entre autres, l’harmonisation des régimes douaniers et la nu...


La Chambre de commerce, d’industrie, des mines et de l’artisanat du Cameroun (CCIMA) tire la sonnette d’alarme. Le chiffre d’affaires des promoteurs des PME de la place est en baisse selon une récente étude réalisée en mars et avril derniers, disponible sur son site Internet. Sur un échantillon de 241 PME, 44,59% des chefs d’entreprises consultés dans le cadre de l’enquête baromètre 2018 reconnaissent une baisse de chiffre d’affaires en 2017.

L’enquête révèle en outre que les artisans ont été les plus affectés (65%) du fait des condition...