loader

Lithium: La ruée vers le métal

Ce n’est pas un fait du hasard si les Etats-Unis viennent d’inscrire le lithium sur la liste des métaux stratégiques. Prisé dans l’industrie automobile, notamment pour la fabrication des batteries des véhicules électriques (voitures, scooters, vélos, trottinettes, etc.), le métal suscite de plus en plus d’appétits. Ces derniers mois, les projets d’exploitation du lithium se multiplient sur le sol américain. Dans le Nevada, le groupe Lithium Americas Corp veut mettre en valeur un gisement de six millions de tonnes de réserves, l’un des plus grands au monde. A l’heure actuelle, Tesla envisage dans son plan d’action la construction de cinq usines géantes dans le monde, dont une en Europe, à en croire James Morlaix, président du club Tesla Motors France. Les Etats-Unis sont au coude-à-coude avec la Chine qui affiche clairement ses ambitions pour le métal blanc. « La Chine aura 90% de la capacité mondiale du secteur en 2020 », souligne Rajesh Varma, gérant du fonds Global Leaders chez DNCA Finances. L’Empire du Milieu a obtenu du Chili la cession de 24% de Sociedad Quimica y Minera (SQM), le leader chilien en la matière. L’objectif de la Chine est surtout de doubler sa production sur le site du Salar d’Atacama, le plus grand dépot salin du pays, d’ici fin 2019 et de la quadrupler en sept ans. Une ambition qui pourrait permettre de normaliser les prix qui, en quatre ans, ont connu une hausse vertigineuse, passant de 5000 dollars (soit plus de 14 millions de F la tonne en 2014) à plus de 15 000 dollars soit 8,4 millions de F en janvier dernier. L’an dernier, l’Australie est devenue le premier producteur mondial du lithium avec 18,7 millions de tonnes, devant le Chili avec ses 14,3 millions de tonnes.

Partager cet article

Commentaires

    List is empty.

laisser un commentaire