loader

Services financiers: 37% de la population encore exclus

Une enquête publiée le 12 juin dernier révèle qu’environ 5,25 millions d’adultes ne bénéficient pas des produits et services financiers.

Le niveau d’inclusion financière au Cameroun reste relativement bas. L’information a été rendue publique le 12 juin dernier à Yaoundé lors d’un atelier de restitution des enquêtes sur l’offre et la demande des services financiers au Cameroun. Réalisée entre novembre et décembre 2017, l’enquête dénommée « Finscope Cameroun 2017 », indique qu’il existe encore des disparités dans la mise à disposition des facilités permettant aux populations économiquement fragiles et aux micro-entreprises d’avoir accès à des services financiers. Sur un échantillon de 6826 individus représentatif des 14,2 millions de la population adulte camerounaise (âgée de 15 ans et plus selon les enquêteurs), environ 5,25 millions d’entre eux sont financièrement exclus. Soit 37% qui n’ont pas ou n’utilisent aucun service ou produit financier en leur nom. Autrement dit, presque 63% de l’échantillon ont accès aux services financiers. Parmi les personnes financièrement exclues, il y a principalement les populations du marché rural et surtout les femmes âgées de 14 à 34 ans, sans éducation formelle. L’absorption des services et produits financiers n’est pas toujours la mieux partagée. Pour ce qui est du crédit par exemple, « environ 3% des Camerounais ont accès au crédit formel. Presque 11% des adultes camerounais utilisent des prestataires de services informels pour accéder au crédit », précise l’enquête. Quant à l’épargne et l’investissement, seulement 19% des adultes épargnent auprès des institutions formelles, contre 29% qui épargnent dans l’informel. 19% font de la thésaurisation à domicile. Entre autres raisons évoquées pour justifier cette faible propension à l’épargne, le manque d’argent après les dépenses de subsistance. Dans le secteur de l’assurance, la situation est plus critique avec un manque d’éduction financière. La souscription à l’assurance est faible et se situe à 10% avec pour principale barrière le manque d’information pour ceux qui ne sont pas assurés. 93% des personnes adultes n’ont pas entendu parler de d’assurance contre les risques agricoles, 91% ne sont pas au courant de l’assurance dommages matériels et 65% ne sont pas au courant de l’assurance-vie. Même le potentiel des nouvelles technologies n’est pas encore pleinement exploité. Seulement 29% des adultes se sont inscrits comme utilisateurs de monnaie électronique, tandis que 24% approximativement utilisent les mécanismes de transfert d’argent. L’enquête « Finscope Cameroun 2017 » a été réalisée par la firme Finmark Trust avec l’appui technique de l’Institut national de la statistique (INS). Ainsi que le concours de l’Agence d’investissement des Nations unies (UNCDF).

Partager cet article

Commentaires

    List is empty.

laisser un commentaire