loader

L’entreprise « Marie et Léon » revient de loin

Le destin de cet institut de beauté doit beaucoup au réajustement managérial que sa propriétaire a heureusement fait.

Sa conseillère en gestion la cite en exemple de résilience. Et elle, Huguette Ngouadjeu, le reconnaît volontiers : « Je suis passée par une période de grandes difficultés. J’ai beaucoup souffert de ne pas savoir organiser et gérer mes affaires. J’avais de la clientèle, mais je recrutais à tout va. Maintenant, je sais rationnaliser les dépenses et maximiser l’utilisation des ressources ». Il y a quelques années par contre, la créatrice de « Marie et Léon » était une jeune patronne peu renseignée des équilibres plus ou moins complexes d’une entreprise comme la sienne, spécialisée dans les soins à la personne : de la manucure au gommage de la peau, en passant par la coiffure et l’onglerie. C’est avec une formation au management urgente, administrée à son chef, que la petite maison mise en route il y a six ans à Douala a pu se maintenir. Elle a même déménagé et permis à sa créatrice de réaliser son rêve de jeune femme. Après huit années passées dans des entreprises similaires, à Douala et à Buea, Mme Ngouadjeu a créé « Marie et Léon », un établissement qui offre des services d’artisanat à partir de 4000 F, comme d’autres, mais avec un plus, marque distinctive du parcours de l’entrepreneure. « Quand on est employé, on peut bien observer les rentrées dans les caisses. Cela ne peut que donner l’envie de se mettre à son propre compte. Voilà pourquoi nombre d’instituts de beauté sont ouverts par d’ex-employés. Il y en a aussi cependant qui sont le fait d’investisseurs qui cherchent simplement à fructifier leur argent. Dans mon cas, j’ai toujours rêvé d’être au service de la beauté parce que moi-même, j’aime présenter un profil agréable aux regards. Voilà pourquoi je mets un point d’honneur à conseiller et satisfaire mes clientes », explique la patronne, elle-même esthéticienne. Dans un secteur fragilisé par l’instabilité des employés (payés à 50.000 F en moyenne, hormis les gratifications), l’avenir de « Marie et Léon » dépendra prioritairement des nouvelles installations qu’il recherche. Les salons et instituts de beauté foisonnent certes, mais « il y en a aussi beaucoup qui ferment », remarque Huguette Ngouadjeu. La concurrence vive et la gestion du personnel, elle pense pouvoir y faire face. « Quand on a des personnes qui quittent un emploi parce qu’on leur a promis 2000 F de plus, c’est très délicat de programmer son développement. Il faut pouvoir être soi-même à la tâche », conseille la chef d’entreprise.

Partager cet article

Commentaires

    List is empty.

laisser un commentaire

Autres articles Ă  lire ...


Après les travaux préliminaires débutés e...


Le 30 octobre dernier à Yaoundé, les experts de la douane de l’Afrique centrale et de l’Ouest se sont séparés après deux jours d’échanges et de réflexions sur l’avenir de ce secteur névralgique, à l’aube de la création de la zone de libre-échange continentale africaine (ZLEC). L’élaboration des premiers contours du plan stratégique triennal 2019-2022 en vue de faciliter les échanges en est la principale résolution. L’option de la mutualisation des forces, à travers entre autres, l’harmonisation des régimes douaniers et la nu...


La Chambre de commerce, d’industrie, des mines et de l’artisanat du Cameroun (CCIMA) tire la sonnette d’alarme. Le chiffre d’affaires des promoteurs des PME de la place est en baisse selon une récente étude réalisée en mars et avril derniers, disponible sur son site Internet. Sur un échantillon de 241 PME, 44,59% des chefs d’entreprises consultés dans le cadre de l’enquête baromètre 2018 reconnaissent une baisse de chiffre d’affaires en 2017.

L’enquête révèle en outre que les artisans ont été les plus affectés (65%) du fait des condition...