loader

Benin: Une plateforme pour faciliter l’accès aux soins de santé

En réponse au problème de décès récurrents observé à l’hôpital de Parakou, Arielle Ahouansou, fonctionnaire, a mis sur pied un bracelet pour assurer la traçabilité médicale des patients.

C’est avec joie que le comité médical a accueilli l’innovation béninoise, proposée par Arielle Ahouansou, jeune fonctionnaire de 25 ans à l’hôpital de Parakou, une ville au nord du Bénin. De nombreux décès sont enregistrés suite au manque de connaissances sur le patient et surtout à cause de la négligence. Elle a décidé de mettre sur pied une « carte d’identité médicale universelle » pour assurer la traçabilité du circuit médical des patients où qu’ils soient, afin de venir en aide à la population la plus démunie de Cotonou. Différents malades qui se rendaient à l’hôpital n’avaient aucun suivi médical et il n’y avait pas de communication véritable entre les hôpitaux. Ainsi, elle invente un bracelet QR qui permet d’accéder au dossier médical du patient qui se présente dans un centre hospitalier. Sa plate-forme KEA Médical permet de centraliser les informations médicales d’un patient sur une base de données en ligne accessibles aux hôpitaux et aux médecins, où qu’ils se trouvent. « À partir de ces informations, on lui attribue une identité médicale universelle sous la forme d’un QR code imprimé sur un bracelet ou sur un patch à coller sur son Smartphone, qu’il peut emmener partout. Les médecins n’ont ensuite plus qu’à scanner le code pour accéder au dossier médical d’un patient pris en charge », certifie Arielle Ahouansou. Pour mener à bien sa plateforme mise sur pied depuis janvier 2017, une somme de 500 000 Fa été déboursée pour lancer la société KEA Médical pharmaceutiques& Technologies qui réalise un chiffre d’affaire annuel de 50 millions de F. Pour entrer en possession d’une « carte d’identité médicale universelle », il faudra débourser entre 3 et 8, euros soit entre 1950 F et 5200 F, pour avoir un bracelet. Cinq dollars, environ 2500 F, sont déboursés pour une consultation médicale à distance et quatre dollars, soit 2000 F, pour un abonnement mensuel, suivi d’une consultation illimitée. La plate-forme compte plus de 50 000 personnes enregistrées, 7 000 patients actifs et 1700 médecins. L’entreprise KEA Médical est basée à Cotonou au Benin et dans plusieurs autres pays d’Afrique de l’Ouest. Elle a été sélectionnée parmi 30 autres start-ups pour la rencontre futur.e.s qui a eu lieu au mois de mars dernier à Casablanca au Maroc où différentes start-ups ont présenté leur savoir-faire aux membres du jury.

Partager cet article

Commentaires

    List is empty.

laisser un commentaire

Autres articles Ă  lire ...


Après les travaux préliminaires débutés e...


Le 30 octobre dernier à Yaoundé, les experts de la douane de l’Afrique centrale et de l’Ouest se sont séparés après deux jours d’échanges et de réflexions sur l’avenir de ce secteur névralgique, à l’aube de la création de la zone de libre-échange continentale africaine (ZLEC). L’élaboration des premiers contours du plan stratégique triennal 2019-2022 en vue de faciliter les échanges en est la principale résolution. L’option de la mutualisation des forces, à travers entre autres, l’harmonisation des régimes douaniers et la nu...


La Chambre de commerce, d’industrie, des mines et de l’artisanat du Cameroun (CCIMA) tire la sonnette d’alarme. Le chiffre d’affaires des promoteurs des PME de la place est en baisse selon une récente étude réalisée en mars et avril derniers, disponible sur son site Internet. Sur un échantillon de 241 PME, 44,59% des chefs d’entreprises consultés dans le cadre de l’enquête baromètre 2018 reconnaissent une baisse de chiffre d’affaires en 2017.

L’enquête révèle en outre que les artisans ont été les plus affectés (65%) du fait des condition...