loader

Industrialisation de l'Afrique: Comment faire redémarrer la machine

La valeur ajoutée industrielle du continent en baisse préoccupe la BAD. Entre 2012 et 2018, elle a fléchi de plus de 40 000 milliards de F.

L’exemple de la Corée, pays hôte des 53e Assemblées annuelles du groupe de la Banque africaine de développement (BAD), est fort illustratif en matière de développement industriel. Cité comme un modèle par Akinwumi Adesina, président de la BAD lors de son allocution d’ouverture, la Corée est passée du statut de pays pauvre il y a 60 ans à celui de 11e économie mondiale. L’Afrique, malgré son potentiel en termes de ressources naturelles et humaines, fait le chemin contraire. Des données de la BAD montrent que la valeur ajoutée industrielle du continent a baissé de 72 milliards de dollars (plus de 40 505 milliards de F), passant de 702 milliards de dollars en 2012 à 630 milliards de dollars en 2018. Seuls quelques pays comme le Maroc ou l’Ethiopie enregistrent de bonnes performances. Sachant que le développement économique est largement tributaire du secteur industriel, il est nécessaire de faire redécoller la machine industrielle africaine et de la maintenir sur une trajectoire ascendante. L’Afrique a des atouts à faire valoir dans sa marche vers l’industrialisation. En matière agricole, le continent concentre 65% des terres arables au monde. Dans le domaine énergétique, outre l’ensoleillement dont jouit la région du Sahel, le continent jouit aussi d’un potentiel hydraulique enviable. Malgré ce potentiel, le continent « se désindustrialise », pour reprendre les propos d’Akinwumi Adesina. La principale cause étant le manque de transformation de ses ressources. Le continent exporte ses matières premières pour l’essentiel à l’état brut. Or, la transformation y confère de la valeur ajoutée. Le marché du chocolat illustre bien cette situation. L’Afrique produit 75% du cacao mondial et ne perçoit que 5% des bénéfices d’un marché du chocolat qui représente environ 120 milliards de dollars, soit plus de 67 508 milliards de F. Dans le marché de l’or qui pèse 300 milliards de dollars, l’Afrique – qui fournit 50% de la production mondialene récolte que 4% des bénéfices. Cyrille Kamdem, économiste et enseignant à l’université de Yaoundé II-Soa, relève d’autres obstacles au processus d’industrialisation des pays africains. Il s’agit notamment de la vétusté de l’outil de production, des importations mais aussi de la perception des produits importés comme étant meilleurs. Autant de contraintes et bien d’autres à lever pour inverser la tendance baissière du secteur industriel en Afrique.

Partager cet article

Commentaires

    List is empty.

laisser un commentaire

Autres articles à lire ...


Après les travaux préliminaires débutés e...


Le 30 octobre dernier à Yaoundé, les experts de la douane de l’Afrique centrale et de l’Ouest se sont séparés après deux jours d’échanges et de réflexions sur l’avenir de ce secteur névralgique, à l’aube de la création de la zone de libre-échange continentale africaine (ZLEC). L’élaboration des premiers contours du plan stratégique triennal 2019-2022 en vue de faciliter les échanges en est la principale résolution. L’option de la mutualisation des forces, à travers entre autres, l’harmonisation des régimes douaniers et la nu...


La Chambre de commerce, d’industrie, des mines et de l’artisanat du Cameroun (CCIMA) tire la sonnette d’alarme. Le chiffre d’affaires des promoteurs des PME de la place est en baisse selon une récente étude réalisée en mars et avril derniers, disponible sur son site Internet. Sur un échantillon de 241 PME, 44,59% des chefs d’entreprises consultés dans le cadre de l’enquête baromètre 2018 reconnaissent une baisse de chiffre d’affaires en 2017.

L’enquête révèle en outre que les artisans ont été les plus affectés (65%) du fait des condition...