loader

Fiac de Douala : La foire au millier d’entreprises s’ouvre

Les préparatifs de cet exceptionnel rendez-vous d’acheteurs et vendeurs s’achèvent.

Pour le moment, elle éclipse les autres mais visiblement elle ne perd rien pour attendre. L’affiche qui annonce une des entreprises agro-industrielles bien installées dans le paysage de Douala, New Foods, fait belle impression en effet. Encore simplement esquissées, les architectures de stands voisins promettent de répondre au concours d’allure qu’est déjà la Foire internationale des affaires et du commerce (FIAC). Pour la première fois à Douala, un rendez-vous de ce genre prend ses marques.

La FIAC, reconnaîtra le visiteur, veut se singulariser à plusieurs points de vue.

Sa géographie d’abord. Sur le parce d’expositions de Bépanda-Camtel déjà connu pour abriter ce type d’événements, l’installation FIAC se distingue parce qu’elle s’étend bien plus largement que ses prédécesseurs. Occupant systématiquement l’immense terrain vague en ses confins. Quatre hectares ! Chaque mètre carré, pratiquement, pour vendre, pour commercer. On y a aménagé, de pied en cap, des espaces équipés par les moyens les plus modernes connus ici. 

Le sol gravillonné par des nappes de pouzzolane est recouvert de plateformes de planches assemblées. Du petit stand de quelques mètres carrés au méga-présentoir de plus de cent mètres carrés, l’on peut apprécier le souci des organisateurs de faire de la Fiac un espace accueillant. Y compris en apaisant l’atmosphère avec des armoires de climatisation qui assureront ce rôle.

Entre les tables de compte de la jeune équipe qui procède à l’adressage, la FIAC annonce ensuite sa capacité à abriter un nombre d’exposants qui devrait le hisser au sommet de la pyramide locale. « On aura un millier d’entreprises et quelques institutions d’encadrement de l’économie installées sur 500 à 550 stands », révèle Dominique Oyono, membre de l’organisation. Jusque lundi dernier, à quatre jours de l’ouverture du 24 mars prochain, des demandeurs se présentaient encore au guichet d’entrée, guettant une possibilité de se rattraper et profiter de seize jours d’inhabituelle publicité.

Ceux qui ont pris le train à temps viennent cependant de partout, assure M. Oyono, entre deux coups de téléphone pour parler au plombier. Dernière marque distinctive d’une foire qui s’annonce grandiose, la variété des entreprises issues des trois segments de l’économie nationale (du primaire au tertiaire, de l’agro-industrie à la banque, fabricants du Made in Cameroon) et d’ailleurs (Europe, Nigeria, Afrique du Sud). Conçue avec la bénédiction des autorités du commerce comme une réunion «sous un même toit en seul lieu» des sollicitations et souhaits des consommateurs et producteurs, la FIAC veut aussi révéler des tendances.  Il aura donc ses moments de réflexion : rencontres B to B, débats. Le rendez-vous biennal est d’ores et déjà en route vers la ligne de succès qu’elle s’est tracée. Espérant comme tout jeune premier que la très commerciale et populaire Douala lui ouvrira ses bras.

Partager cet article

Commentaires

    List is empty.

laisser un commentaire

Autres articles Ă  lire ...


Après les travaux préliminaires débutés e...


Le 30 octobre dernier à Yaoundé, les experts de la douane de l’Afrique centrale et de l’Ouest se sont séparés après deux jours d’échanges et de réflexions sur l’avenir de ce secteur névralgique, à l’aube de la création de la zone de libre-échange continentale africaine (ZLEC). L’élaboration des premiers contours du plan stratégique triennal 2019-2022 en vue de faciliter les échanges en est la principale résolution. L’option de la mutualisation des forces, à travers entre autres, l’harmonisation des régimes douaniers et la nu...


La Chambre de commerce, d’industrie, des mines et de l’artisanat du Cameroun (CCIMA) tire la sonnette d’alarme. Le chiffre d’affaires des promoteurs des PME de la place est en baisse selon une récente étude réalisée en mars et avril derniers, disponible sur son site Internet. Sur un échantillon de 241 PME, 44,59% des chefs d’entreprises consultés dans le cadre de l’enquête baromètre 2018 reconnaissent une baisse de chiffre d’affaires en 2017.

L’enquête révèle en outre que les artisans ont été les plus affectés (65%) du fait des condition...