loader

Chantiers routiers : Tibati expérimente l’approche HIMO

Cette technique visant à améliorer la voirie urbaine va générer 130 emplois.

D’ici la fin d’année, les différentes artères de la ville de Tibati, chef-lieu du département du Djérem dans l’Adamaoua, auront un meilleur visage. Le projet de réhabilitation en Haute intensité de main-d’œuvre (Himo) de la voirie urbaine a été lancé le 9 février dernier à Tibati. La consistance des travaux démarrés en décembre 2017 porte sur le désherbage, la construction des dalots, des fossés sur 100 m², la fabrication des pavés et la pose des pavés sur 700 m de chaussée. D’après le coordonnateur de l’Unité technique de Haute intensité de main-d’œuvre (Himo) au ministère de l’Economie, de la Planification et de l’Aménagement du territoire (Minepat), Médard Kouatchou, le coût total du projet est de 152 millions de F. D’une durée de huit mois, le projet va générer 130 emplois, dont une trentaine pour les femmes. 

Les itinéraires retenus vont du carrefour Bobo Hamadjida au carrefour Mourtala (CDE) long de 400 mètres et du carrefour Mourtala (CDE) au carrefour hôpital de district de Tibati sur un linéaire de 400 mètres. Le recours à l’approche HIMO vise entre autres objectifs l’utilisation intensive des matériaux localement disponibles (sable, latérite, moellons, gravier, etc.), le développement des aptitudes techniques en BTP de la main-d’œuvre locale non qualifiée (formation in situ des travailleurs non qualifiés). Un autre volet est lié à l’amélioration du niveau de vie des populations riveraines par une meilleure redistribution des revenus tirés du développement des activités induites par le projet, notamment les salaires directs versés aux travailleurs, les coûts d’acquisition des matériaux localement disponibles.

D’après le maire de Tibati, Dahirou Hamadou, l’approche Himo a ceci d’important qu’« elle permet de recruter une main-d’œuvre locale en nombre important. Les couches sociales les plus pauvres et vulnérables sont privilégiées dans cette démarche. Il y a aussi une économie locale qui se développe parce que les matériaux utilisés proviennent de la localité », explique le magistrat municipal.    

Partager cet article

Commentaires

    List is empty.

laisser un commentaire

Autres articles Ă  lire ...


Après les travaux préliminaires débutés e...


Le 30 octobre dernier à Yaoundé, les experts de la douane de l’Afrique centrale et de l’Ouest se sont séparés après deux jours d’échanges et de réflexions sur l’avenir de ce secteur névralgique, à l’aube de la création de la zone de libre-échange continentale africaine (ZLEC). L’élaboration des premiers contours du plan stratégique triennal 2019-2022 en vue de faciliter les échanges en est la principale résolution. L’option de la mutualisation des forces, à travers entre autres, l’harmonisation des régimes douaniers et la nu...


La Chambre de commerce, d’industrie, des mines et de l’artisanat du Cameroun (CCIMA) tire la sonnette d’alarme. Le chiffre d’affaires des promoteurs des PME de la place est en baisse selon une récente étude réalisée en mars et avril derniers, disponible sur son site Internet. Sur un échantillon de 241 PME, 44,59% des chefs d’entreprises consultés dans le cadre de l’enquête baromètre 2018 reconnaissent une baisse de chiffre d’affaires en 2017.

L’enquête révèle en outre que les artisans ont été les plus affectés (65%) du fait des condition...