loader

Foléré dans le Mayo-Danay : De l’oseille à se remplir les poches

Les agriculteurs du département veulent produire de façon industrielle cette plante prisée et pour s

Depuis des décennies, la région de l’Extrême-Nord tient le haut du pavé en ce qui concerne la production de l’oignon au Cameroun. Désormais, il faut ajouter à cette spéculation, l’oseille de Guinée, plante herbacée de la famille des Malvacées qui « pousse en zone tropicale, notamment en Guinée d’où elle vient avant de se propager dans le reste de l’Afrique de l’ouest (Sénégal, Burkina Faso, Mauritanie, Bénin, Togo, Niger, sud du Mali, nord de la Côte d’Ivoire), au Botswana, au Congo et au Cameroun où elle est appelée Foléré. Ses feuilles et ses calices sont devenus de véritables sources de revenus pour les agriculteurs du Mayo-Danay.

La plante se consomme sous forme de jus de Hoyoro, obtenu par infusion ou par cuisson. Ses feuilles, notamment la variété de couleur blanche, se consommant sous forme de sauce par les populations du Mayo-Danay et au-delà.

L’oseille, de son nom scientifique « Hibiscus Sabdariffa », négligée autrefois, est écoulée à grande échelle, vers le sud du pays et le Nigeria.

Selon certains anciens, les paysans cultivaient cette plante soit pour délimiter un champ, soit pour empêcher le « sorcier du coin » de voler mystiquement les produits champêtres. De nos jours, ses vertus avérées ont amené les revendeurs à parcourir toutes les routes du département du Mayo-Danay pour s’approvisionner.

Nutritionniste chercheur, Sylvestre Woumbomdi, au service d’une Ong de la place, confie que le Foléré possède de multiples vertus nutritionnelles et médicinales. Il est par exemple exploité en médecine moderne pour traiter des hémorroïdes et des blessures, confie le chercheur.  C’est par exemple est un laxatif contenant de l’acide folique. Séché, son calice est une bonne réserve de vitamine C, de provitamine A, de vitamine E et d’éléments minéraux tels que le potassium, le cuivre, le zinc, le magnésium, le fer… Le Folere permet aussi de lutter contre diverses infections respiratoires et a des vertus anti cholestérol, aide à baisser la tension artérielle, entre autres. Ses graines, sources de protéine, sont des aliments riches en lipides et en glucides.

Sur les marchés hebdomadaires de la région de l’Extrême-Nord, le prix d’un sac d’oseille de guinée de 70 kg oscille entre 6 000 F et 8 000 F. Sa demande sur le marché national et sous régionale, de même qu’à l’international peuvent en faire une véritable mine d’or pour les populations du Mayo-Danay où cette spéculation pousse sans trop d’efforts.

Partager cet article

Commentaires

    List is empty.

laisser un commentaire

Autres articles Ă  lire ...


Après les travaux préliminaires débutés e...


Le 30 octobre dernier à Yaoundé, les experts de la douane de l’Afrique centrale et de l’Ouest se sont séparés après deux jours d’échanges et de réflexions sur l’avenir de ce secteur névralgique, à l’aube de la création de la zone de libre-échange continentale africaine (ZLEC). L’élaboration des premiers contours du plan stratégique triennal 2019-2022 en vue de faciliter les échanges en est la principale résolution. L’option de la mutualisation des forces, à travers entre autres, l’harmonisation des régimes douaniers et la nu...


La Chambre de commerce, d’industrie, des mines et de l’artisanat du Cameroun (CCIMA) tire la sonnette d’alarme. Le chiffre d’affaires des promoteurs des PME de la place est en baisse selon une récente étude réalisée en mars et avril derniers, disponible sur son site Internet. Sur un échantillon de 241 PME, 44,59% des chefs d’entreprises consultés dans le cadre de l’enquête baromètre 2018 reconnaissent une baisse de chiffre d’affaires en 2017.

L’enquête révèle en outre que les artisans ont été les plus affectés (65%) du fait des condition...