loader

Palmier à huile : Les pistes pour une production durable

Un dialogue de trois jours engagé depuis ce mercredi pour promouvoir une production devant tenir com

Produire une huile de palme respectueuse de la biodiversité et des droits des communautés, notamment les droits du travail et d’accès aux ressources (foncier et eau, etc.). L’ambition est au centre d’un dialogue engagé dès ce mercredi 21 février à Douala, par le Fonds mondial pour la nature (WWF). La réflexion qui rassemble les  différents acteurs de la filière huile de palme au Cameroun jusqu’au 23 février prochain vise à réduire l’empreinte écologique de la filière sur l’écosystème forestier. 

L’autre volet consiste à donner un coup d’accélérateur à la validation de la stratégie nationale déjà élaborée. A l’heure actuelle, explique WWF, l’expansion des plantations d’huile de palme entraîne une déforestation à grande échelle. Les pesticides toxiques utilisés génèrent des émissions de CO2 et contribuent au réchauffement climatique. Par ailleurs, la production industrielle d’huile de palme détériore l’approvisionnement en eau douce et favorise l’érosion des sols.

La réunion de Douala veut donc promouvoir les alternatives pour une production durable d’huile de palme. Il s’agit entre autres de la réhabilitation des plantations industrielles inactives ou abandonnées en lieu et place de nouvelles allocations de terre en zone de forêt pour des plantations de palmier à huile. En outre, une étude de modélisation spatiale réalisée par le WWF révèle la possibilité de produire du palmier à huile en zone de savane (Adamaoua, Nord-Ouest, Ouest). Bien plus, il y a le soutien des initiatives (valorisation des produits forestiers non ligneux notamment) procurant des revenus alternatifs aux populations autochtones pour éviter la vente de leurs terres boisées aux grands producteurs d’huile de palme. 

A terme, les participants veulent arrimer la production d’huile de palme aux critères de la Table ronde pour une huile de palme durable (RSPO). Ce qui permettra au Cameroun d’améliorer sa réputation et d’attirer plus d’investisseurs.   

Troisième producteur africain d’huile de palme, le Cameroun a une capacité de production annuelle estimée à 325 000 tonnes, pour un déficit annuel de 130 000 tonnes. Une étude menée conjointement par le ministère de l’Emploi et de la Formation professionnelle (MINEFOP) et l’Organisation internationale du travail (OIT) en 2011 révèle que le secteur peut générer au minimum 65 000 emplois directs et indirects dans le seul segment de la production.

Partager cet article

Commentaires

    List is empty.

laisser un commentaire

Autres articles à lire ...


Après les travaux préliminaires débutés e...


Le 30 octobre dernier à Yaoundé, les experts de la douane de l’Afrique centrale et de l’Ouest se sont séparés après deux jours d’échanges et de réflexions sur l’avenir de ce secteur névralgique, à l’aube de la création de la zone de libre-échange continentale africaine (ZLEC). L’élaboration des premiers contours du plan stratégique triennal 2019-2022 en vue de faciliter les échanges en est la principale résolution. L’option de la mutualisation des forces, à travers entre autres, l’harmonisation des régimes douaniers et la nu...


La Chambre de commerce, d’industrie, des mines et de l’artisanat du Cameroun (CCIMA) tire la sonnette d’alarme. Le chiffre d’affaires des promoteurs des PME de la place est en baisse selon une récente étude réalisée en mars et avril derniers, disponible sur son site Internet. Sur un échantillon de 241 PME, 44,59% des chefs d’entreprises consultés dans le cadre de l’enquête baromètre 2018 reconnaissent une baisse de chiffre d’affaires en 2017.

L’enquête révèle en outre que les artisans ont été les plus affectés (65%) du fait des condition...