loader

Management : Eneo poursuit sa stratégie de décentralisation

L’inauguration de l’immeuble-siège de sa région Sanaga-Océan, le 14 février dernier à Kribi, a été l

Pour les abonnés Eneo de la région du Sud, au-delà de l’inauguration de l’immeuble-siège de l’entreprise dans la région électrique Sanaga-Océan, immeuble au sein duquel est logée l’agence de Kribi, c’est certainement l’impact de cette présence sur la qualité du service qui compte le plus. Cette présence n’est en effet pas anodine. L’entreprise poursuit-là sa stratégie de décentralisation initiée en 2015. Celle-ci a déjà permis de porter le nombre de régions électriques de cinq à neuf. La Région Sanaga-Océan est la dernière-née de cette réforme dont l’ambition se résume en trois points : déconcentration-proximité-modernisation des espaces d’accueil. « Pour nous, cette proximité avec nos clients est essentielle : nous voulons accompagner les entreprises et les particuliers au quotidien pour leur faciliter la vie et leur permettre de se consacrer entièrement à leur activité ». 

Ainsi s’exprimait le Directeur général d’Eneo Cameroon S.A, Joël Nana Kontchou, le 14 février dernier à Kribi. Signalant au passage qu’après Kribi, suivront Maroua, Kumba, Bangangté et Yaoundé. « L’objectif est de créer à l’échelle nationale, les conditions d’amélioration de la qualité de notre service », conclut le Dg. Concrètement, s’agissant de la nouvelle région, elle sera administrée par un Directeur régional autonome et non plus par une hiérarchie basée à Douala ou encore à Limbe comme c’était le cas il y a trois ans, a-t-il expliqué. Ainsi, les problèmes des clients de Campo, Akom 2, Kribi, Edéa, Eséka, Boumnyébel, Pouma et environs pourront être gérés plus rapidement. Parmi ces abonnés, le Port autonome de Kribi récemment raccordé au réseau.

Un résultat illustre parfaitement l’importance de cette politique de décentralisation et d’autonomisation des régions : la ligne prioritaire de l’Océan. Elle s’étend sur 40 km et alimente 30% des abonnés de la société parmi lesquels Cotco, Socapalm, CFK, GMG Hevecam. En effet, la reprise du nettoyage au bulldozer de cette ligne par l’équipe locale depuis 2015, a eu un impact dans la réduction du nombre moyen d’incidents, qui a chuté de 14 à 2 par mois. Une amélioration qui soulage Eneo, puisque le fournisseur d’énergie électrique subissait d’importantes pertes du fait du mauvais entretien de cette ligne essentielle de distribution. Avec un impact sur des entreprises comme Socapalm, CFK et GMG Hevecam, des clients stratégiques.

Partager cet article

Commentaires

    List is empty.

laisser un commentaire