loader

« Il faut une exploitation rationnelle de la main d’œuvre inutilisée dans les villes »

Dr Albert Ze, Ă©conomiste.

La croissance de la population des villes africaines est l’une des plus rapides au monde. Mais la croissance économique, elle, ne suit pas toujours. Quelles politiques mettre en place pour accompagner l’expansion démographique en Afrique ?

La démographie à un effet positif sur la croissance économique. Une croissance de la population est une croissance de la main d’œuvre qui, étant bien utilisée, engendre une création de richesses et, par conséquent, la croissance économique. Cependant, en Afrique, cette théorie n’est pratiquement pas visible dans quelques pays comme le Nigeria. Nous avons alors la plupart du temps des pays dans lesquels la démographie a plutôt un effet négatif sur la croissance économique. Additionnée à cela, une urbanisation mal ou pas pensée. L’urbanisation en Afrique, et surtout dans sa partie subsaharienne, est soutenue par la pauvreté et la pensée culturelle. Les zones rurales étant plus pauvres que les zones urbaines, les populations en milieu rural pensent ainsi que le paradis se trouve en milieu urbain, d’où un accroissement des populations dans les villes. La grande partie de cette masse de personnes généralement peu où non qualifiées, ne pouvant pas trouver un emploi, sont donc à l’origine de toutes ces externalités négatives que sont l’insécurité, la pollution, etc. Il faut premièrement mettre sur pied des politiques visant à maintenir les populations rurales en zones rurales, notamment à travers une sécurisation de leurs revenus, mais également l’amélioration de leurs conditions de vie, en apportant quelques standards de vie urbaine à leur niveau tels que l’électricité, le réseau téléphonique et Internet...etc. D’autre part, l’amélioration de la vie urbaine passe par une exploitation rationnelle de la main d’œuvre inutilisée dans les villes. A cet effet, les politiques doivent encourager les investissements afin de résorber le chômage et surtout le sous-emploi en milieu urbain.

Les dépenses des villes africaines dans le domaine de l’habitat n’ont représenté que 20% du PIB du continent. Comment résorber le déficit de logement dans ces villes ?

La résolution du problème des logements dans les villes africaines passe nécessairement par une bonne organisation ou structuration des villes et par la mise en place des politiques axées sur la promotion des investissements dans la construction des logements sociaux. Plusieurs pays sont déjà avancés dans ce programme tandis que d’autres restent à la traîne.

Les villes africaines font partie des plus chères au monde. Les ménages urbains africains paient 20 à 31% de plus pour les biens et services que dans d’autres pays en développement. Comment comprendre ce paradoxe ?

Ce paradoxe a pour origine, la mauvaise gestion des économies africaines. En plus de cela, la loi de l’offre et de la demande stipule que lorsque la demande devient plus importante que l’offre, on assiste à un accroissement du prix des biens et services. Ainsi, nous voyons bien que la saturation qui existe dans nos villes aboutit à une demande supérieure à une offre en biens et services parfois très limitée. D’où la cherté de la vie dans les villes africaines.

A quoi devraient ressembler les villes africaines du futur ?

L’un des Objectifs de développement durable (ODD) met l’accent sur la conception des villes assurant l’égalité des chances pour tous, notamment en matière d’accès aux services de base, à l’énergie, au logement et au transport. Plusieurs pays ont compris cette nécessité de construire des villes pouvant répondre non seulement aux aspirations des populations, mais aussi attirer les touristes, source de richesses. Les pays africains étant donc engagés dans l’atteinte des ODD, à mon avis, les villes africaines seront dans un futur proche de véritables paradis pouvant attirer la curiosité mondiale. Cependant, tout ceci ne sera possible que grâce à une véritable volonté politique des dirigeants africains.

 

Partager cet article

Commentaires

    List is empty.

laisser un commentaire