loader

Urbanisation en Afrique : L’investissement dans les infrastructures s’impose

472 millions de personnes résident dans les villes africaines, et le chiffre va grandissant. Dans un

La démographie urbaine africaine est galopante. Dans son rapport sur l’urbanisation en Afrique :
« Ouvrir les villes africaines au monde », publié le 9 février dernier à Washington, la Banque mondiale estime à 472 millions d’habitants, la population urbaine en Afrique. Pour elle, ce chiffre devrait doubler au cours des 25 prochaines années, pour atteindre un milliard d’habitants en 2040. Dès 2025 déjà, les villes africaines compteront 187 millions d’habitants supplémentaires, selon les prévisions de l’institution. Seulement, souligne le rapport, la concentration des populations dans les villes n’a pas été suivie d’investissements suffisants dans les infrastructures et autres structures industrielles et commerciales, ni dans une offre appropriée de logements abordables. 

Comme l’indique Makhtar Diop, vice-président de la Banque mondiale pour l’Afrique,
« L’Afrique a besoin de villes moins chères, mieux desservies et plus vivables. Il est essentiel d’améliorer les bénéfices économiques et sociaux qui découlent de l’urbanisation ». En effet, parce qu’elles sont mal desservies, les villes africaines figurent aujourd’hui parmi les plus chères du monde, tant pour les ménages que pour les entreprises. Elles sont 29 % plus chères que les villes des autres pays en développement. Le coût des denrées alimentaires y est environ 35 % plus élevé et les biens et services coûtent entre 20 et 31 % plus cher. Face à ce constat, la Banque mondiale recommande d’investir dans les infrastructures et de réformer les marchés fonciers. La priorité est donc, d’après le rapport, à la clarification des droits de propriété et à l’institution de politiques d’aménagement urbain. Ce qui devrait permettre aux villes africaines d’améliorer leur compétitivité, de créer des emplois et de booster leur croissance économique.

Partager cet article

Commentaires

    List is empty.

laisser un commentaire

Autres articles Ă  lire ...


Après les travaux préliminaires débutés e...


Le 30 octobre dernier à Yaoundé, les experts de la douane de l’Afrique centrale et de l’Ouest se sont séparés après deux jours d’échanges et de réflexions sur l’avenir de ce secteur névralgique, à l’aube de la création de la zone de libre-échange continentale africaine (ZLEC). L’élaboration des premiers contours du plan stratégique triennal 2019-2022 en vue de faciliter les échanges en est la principale résolution. L’option de la mutualisation des forces, à travers entre autres, l’harmonisation des régimes douaniers et la nu...


La Chambre de commerce, d’industrie, des mines et de l’artisanat du Cameroun (CCIMA) tire la sonnette d’alarme. Le chiffre d’affaires des promoteurs des PME de la place est en baisse selon une récente étude réalisée en mars et avril derniers, disponible sur son site Internet. Sur un échantillon de 241 PME, 44,59% des chefs d’entreprises consultés dans le cadre de l’enquête baromètre 2018 reconnaissent une baisse de chiffre d’affaires en 2017.

L’enquête révèle en outre que les artisans ont été les plus affectés (65%) du fait des condition...