loader

Centre : Des espaces à viabiliser avec des pavés écologiques

Pour 2018, le projet de l’Association Cœur d’Afrique Roger Milla vise à réduire la prolifération des

D’ici la fin d’année 2018, l’Association Cœur d’Afrique Roger Milla pour la protection de l’environnement et la promotion du développement durable (CARMEDD) envisage de donner un nouveau visage à certaines artères du département du Mfoundi, région du Centre. Ceci à travers son « Projet de valorisation en approche HIMO des déchets plastiques par le pavage écologique des cours de certains établissements scolaires, pénitentiaires, hospitaliers et de certaines routes secondaires ». Un linéaire de 2000 mètres carrés d’espace sera viabilisé dans 10 établissements du Mfoundi. 

L’objectif est de lutter contre la pollution des déchets plastiques, promouvoir le développement durable en recyclant les déchets collectés et contribuer au désenclavement des bassins de production. « Nous subissons tous les conséquences des déchets plastiques sur l’environnement. Pour résoudre les problèmes de déchets plastiques à grande échelle, il faut une haute intensité de main-d’œuvre », confie Pancrace Fegue, secrétaire exécutif de l’association.

La matière première (déchets plastiques) est collectée selon une approche participative. Ces déchets proviennent des différentes structures ciblées, c’est-à-dire les écoles, les hôpitaux et les prisons. De même, ils sont collectés dans les drains, les marchés et bientôt dans les ménages. « En 2015, nous avons collecté en une semaine 2,5 tonnes de déchets plastiques au lycée général Leclerc, 1,5 tonne à l’école publique de Bastos et 935 kg au lycée Fustel de Coulanges », ajoute Pancrace Fegue.  

Pour réaliser ce projet, CARMEDD dispose d’une usine de transformation des déchets plastiques dotée d’une capacité de production de 1500 pavés écologiques par jour. Ces pavés ont une durée de vie de plus de 50 ans. Le recours à l’approche HIMO vise à promouvoir l’utilisation des matériaux locaux pour limiter les importations des intrants. Le projet, à vocation nationale, a ciblé quatre régions pour la phase-pilote : le Centre, l’Ouest, le Littoral et le Sud. Le coût de cette phase est d’environ deux milliards de F. Elle devrait générer des milliers d’emplois pour la collecte des déchets plastiques, la fabrication et la pose des pavés. La réalisation d’un linéaire de 2 km par exemple, va mobiliser 100 à 200 jeunes. 

Partager cet article

Commentaires

    List is empty.

laisser un commentaire