loader

« Le vol Tunis-Air sur le Cameroun sera court »

S.E Jalel Snoussi, Ambassadeur de Tunisie au Cameroun, s’exprime au sujet de l’atterrissage prochain

Excellence, certaines informations font état de l’atterrissage de Tunis-Air au Cameroun cette année. Qu’en est-il exactement ?

L’idée de vol direct Cameroun-Tunisie est un projet inscrit dans le programme de développement de la compagnie aérienne tunisienne, mais dont l’exécution a été retardée, en raison de la situation tunisienne ces dernières années, ayant empêché l’ouverture immédiate de cette ligne directe. Maintenant, la décision est prise au niveau politique et il reste sa concrétisation. Il y a deux semaines, une équipe de Tunis-Air était ici à Yaoundé pour discuter avec les hauts responsables et les autorités aéroportuaires. Le Cameroun n’a pas d’objection à ce que le projet soit concrétisé. Le vol sera établi en 2018, donc cette année. Tunis-Air a établi en coopération avec le ministère des Transports, une stratégie pour élargir son réseau sur l’Afrique. L’an dernier, deux autres vols ont été inaugurés sur l’Afrique : en Guinée Conakry et au Burkina Faso. Chaque année, les autorités compétentes tunisiennes œuvrent à lancer des vols en particulier sur l’Afrique subsaharienne.

Quel pourra être l’impact socio-économique de l’ouverture de cette desserte ?

Le vol direct facilite les échanges, les concertations et les visites de travail au niveau des hommes d’affaires. Il est plus facile d’aller de Yaoundé ou de Douala à Tunis et prendre un vol direct que d’emprunter un autre vol qui requiert plus de 10 heures entre le transit et l’attente de l’avion. L’ouverture de ce vol va booster le niveau de coopération entre le Cameroun et la Tunisie sur tous les plans. Le vol Tunis-Air sur le Cameroun, et inversement, sera plus court, en termes de distance et de durée -environ 4 heures de vol- comparativement aux autres compagnies desservant Casablanca, Paris, ou Istanbul -7 heures de vol en moyenne-. 

Quelle pourra être sa contribution dans le cadre de la zone de libre-échange continentale qui sera effective le 21 mars 2018 au Rwanda ?

Les compagnies aériennes en Afrique pour le fret comme pour le transport des marchandises jouent un grand rôle dans l’intégration économique africaine. Dans cette perspective, le transport aérien et maritime est un facteur de poids.  Peut-on parler d’intégration s’il n’y a pas de vol direct ? Par conséquent, les compagnies aériennes constituent aussi un pilier de l’intégration africaine. Par définition et par essence, l’idée de zone de libre échange continentale est avant tout un espace commercial d’échange, de partenariat et d’investissement. Et le transport, qu’il soit aérien ou maritime, public ou privé, est l’épine dorsale de toute intégration économique et commerciale. La multiplication des compagnies aériennes est un facteur de facilitation des échanges et d’intégration africaine. 

 

Partager cet article

Commentaires

    List is empty.

laisser un commentaire

Autres articles Ă  lire ...


Après les travaux préliminaires débutés e...


Le 30 octobre dernier à Yaoundé, les experts de la douane de l’Afrique centrale et de l’Ouest se sont séparés après deux jours d’échanges et de réflexions sur l’avenir de ce secteur névralgique, à l’aube de la création de la zone de libre-échange continentale africaine (ZLEC). L’élaboration des premiers contours du plan stratégique triennal 2019-2022 en vue de faciliter les échanges en est la principale résolution. L’option de la mutualisation des forces, à travers entre autres, l’harmonisation des régimes douaniers et la nu...


La Chambre de commerce, d’industrie, des mines et de l’artisanat du Cameroun (CCIMA) tire la sonnette d’alarme. Le chiffre d’affaires des promoteurs des PME de la place est en baisse selon une récente étude réalisée en mars et avril derniers, disponible sur son site Internet. Sur un échantillon de 241 PME, 44,59% des chefs d’entreprises consultés dans le cadre de l’enquête baromètre 2018 reconnaissent une baisse de chiffre d’affaires en 2017.

L’enquête révèle en outre que les artisans ont été les plus affectés (65%) du fait des condition...