loader

« La production est encore artisanale »

Augier Nguenang, promoteur d’ABE Piment.

Qu’est-ce qui fait la particularité de votre piment ?

Par rapport à d’autres piments liquides disponibles sur le marché, notre produit se distingue par son goût. Tous ceux qui l’ont testé avouent qu’il y a une très grande différence, parce qu’il donne de la valeur à nos mets. Il relève le goût de la nourriture. C’est un piment idéal pour une cuisine délicieusement relevée.

Etes-vous à même de produire à large échelle pour satisfaire les commandes ?

Nous produisons en fonction de la disponibilité de la matière première et des ingrédients, puisque le piment est un produit périodique. Il y a des périodes de grande production et de basse production. Ce qui fait qu’à notre niveau, nous choisissons une période et en fonction de la variation des coûts sur le marché, nous nous engageons à produire. Pour un début, la capacité de production n’est pas considérable. Nous avons à peine sept mois. Notre préoccupation est de mailler d’abord le marché local. Toutefois, s’il y a des opportunités, nous n’hésiterons pas à sauter sur l’occasion. Pourvu que les commandes soient intéressantes.   

Quelles sont vos difficultés ?

Nous sommes encore en train de mettre les bases. Pour l’instant, nous faisons face au manque d’équipements. Nous opérons encore de façon artisanale. Ce qui limite nos capacités de productio

Partager cet article

Commentaires

    List is empty.

laisser un commentaire

Autres articles à lire ...


Après les travaux préliminaires débutés e...


Le 30 octobre dernier à Yaoundé, les experts de la douane de l’Afrique centrale et de l’Ouest se sont séparés après deux jours d’échanges et de réflexions sur l’avenir de ce secteur névralgique, à l’aube de la création de la zone de libre-échange continentale africaine (ZLEC). L’élaboration des premiers contours du plan stratégique triennal 2019-2022 en vue de faciliter les échanges en est la principale résolution. L’option de la mutualisation des forces, à travers entre autres, l’harmonisation des régimes douaniers et la nu...


La Chambre de commerce, d’industrie, des mines et de l’artisanat du Cameroun (CCIMA) tire la sonnette d’alarme. Le chiffre d’affaires des promoteurs des PME de la place est en baisse selon une récente étude réalisée en mars et avril derniers, disponible sur son site Internet. Sur un échantillon de 241 PME, 44,59% des chefs d’entreprises consultés dans le cadre de l’enquête baromètre 2018 reconnaissent une baisse de chiffre d’affaires en 2017.

L’enquête révèle en outre que les artisans ont été les plus affectés (65%) du fait des condition...