loader

ABE Piment : Dans le créneau de la transformation du piment en liquide

Le produit lancé l’an dernier est conditionné de manière à être conservé longtemps.

Peu Rares sont les associations qui mettent les préoccupations de développement durable au centre de leurs activités. L’Association bâtissons ensemble (ABE) a voulu se démarquer. En janvier 2016, les huit membres conviennent de mettre ensemble leurs apports pour investir dans un créneau qui ne fait pas encore courir : la transformation du piment en liquide. L’idée de transformer le piment frais sous la forme liquide est venue d’un constat : « l’on s’est rendu compte que la consommation du piment est courante lors des évènements gastronomiques. Dans les ménages, les restaurants, les hôtels, le piment est au menu. Raison pour laquelle dans la chaîne de valeur piment, nous avons décidé d’opérer dans le volet transformation », confie Augier Nguenang, promoteur d’ABE Piment.  

Le piment fabriqué par ABE est une solution grasse faite d’huile raffinée, de piment et au besoin de plantes aromatiques. Fortement pimentée et aromatisée, il peut se conserver longtemps, au frais, à chaud ou à la température ambiante, sans risque de dégradation. Simple à préparer et facile à utiliser, ce piment transformé est une solution adaptée pour les petites et moyennes entreprises qui veulent faire de la plus-value sur le piment. 

La première production dite « production test », est lancée en juin 2017. Elle a coûté 150 000 F. A ce jour, 400 bouteilles ont déjà été produites. 200 bouteilles ont été écoulées sur le marché. La bouteille de 20ml coûte 1000 F. Au départ, le prix était fixé à 1500 F. Il a été par la suite revu à la baisse après la production test qui a permis à l’association de maîtriser les coûts.  

 

Partager cet article

Commentaires

    List is empty.

laisser un commentaire

Autres articles à lire ...


Après les travaux préliminaires débutés e...


Le 30 octobre dernier à Yaoundé, les experts de la douane de l’Afrique centrale et de l’Ouest se sont séparés après deux jours d’échanges et de réflexions sur l’avenir de ce secteur névralgique, à l’aube de la création de la zone de libre-échange continentale africaine (ZLEC). L’élaboration des premiers contours du plan stratégique triennal 2019-2022 en vue de faciliter les échanges en est la principale résolution. L’option de la mutualisation des forces, à travers entre autres, l’harmonisation des régimes douaniers et la nu...


La Chambre de commerce, d’industrie, des mines et de l’artisanat du Cameroun (CCIMA) tire la sonnette d’alarme. Le chiffre d’affaires des promoteurs des PME de la place est en baisse selon une récente étude réalisée en mars et avril derniers, disponible sur son site Internet. Sur un échantillon de 241 PME, 44,59% des chefs d’entreprises consultés dans le cadre de l’enquête baromètre 2018 reconnaissent une baisse de chiffre d’affaires en 2017.

L’enquête révèle en outre que les artisans ont été les plus affectés (65%) du fait des condition...