loader

Edito

Entrepreneurs audacieux à suivre…

Du marché de l’emploi au Cameroun, on a souvent coutume de dire qu’il est caractérisé par un taux de chômage plus ou moins considérable. A l’observation, on a cependant noté ces dernières années des progrès, avec de la part du gouvernement, une ferme volonté de résorber le problème du chômage des jeunes et de prendre à bras le corps cette question, inscrite au cœur même de la stratégie du développement économique de la Nation. Un certain nombre de politiques, programmes et actions ont été mis en œuvre à cet effet. 25 000 jeunes camerounais ont été, par exemple, recrutés à la Fonction publique, en 2011. D’autres le sont chaque année, via divers recrutements dans la Fonction publique, les forces de défense et de sécurité et dans de nombreux projets. Il en est ainsi des recrutements par l’Etat comme de ceux effectués par les organismes et entreprises privés dans une conjoncture difficile. 

Le Piaasi, le Pajer-U, le Pif-Mas, programmes logés au ministère de la Jeunesse et de l’Education civique (Minjec), département spécialement créé pour mieux adresser la problématique de l’emploi jeunes, ont donné des résultats satisfaisants, malgré quelques écueils du reste surmontables. Le Minjec, lui-même, a reçu mission d’encadrer ces différents programmes et d’adresser, pour le compte du gouvernement, les problématiques actuelles du chômage, de la formation citoyenne… d’une jeunesse réputée pour son dynamisme. 

A l’épicentre de cette réponse globale aux problématiques liées à l’emploi et au chômage des jeunes, se trouve le Plan triennal spécial jeunes. Celui-ci vise à promouvoir l’auto-emploi des jeunes. Il s’est fixé pour objectif d’accompagner dans cette perspective, 1,5 million de jeunes sur les routes jamais rectilignes de l’auto-emploi. Toujours dans le cadre de ce plan, plus de 100 milliards de F sont disponibles. Dans le contexte d’une économie résiliente comme la nôtre, avec ses potentialités réputées, le dynamisme de ses hommes et femmes, il va sans dire que cette enveloppe va considérablement contribuer à faire reculer le chômage auprès de la cible. Ces jeunes entrepreneurs qui, faut-il le rappeler, font montre d’une inventivité, d’une créativité, d’un dynamisme et d’une audace qui, à certains égards, forcent l’admiration. 

Au fil des semaines, nos rubriques telles que PME, E-business, Start-up, Made in Cameroon… découvrent cette jeunesse créative, dynamique et résolument déterminée à prendre en main son destin. Les onze jeunes entrepreneurs dont les parcours, les portraits vous sont proposés dans la présente édition, représentent en soi ces milliers d’autres jeunes camerounais plus ou moins connus. Et qui agissent au quotidien pour faire bouger les lignes, malgré les difficultés. Ils refusent de céder à la fatalité, à la paresse… Leur choix procède d’un coup de cœur. Pour nous, ces jeunes incarnent dans les divers domaines d’activité qu’ils ont su embrasser, le fighting-spirit à la camerounaise. En cela, ils sont des exemples, des modèles à suivre. A copier.  

Partager cet article

Commentaires

    List is empty.

laisser un commentaire