loader

Philippe Wobiwouo : Milliardaire Ă  17 ans

L’entrepreneur de 33 ans s’est fixé pour leitmotiv d’apporter des solutions aux problèmes qui l’ento

Il a été milliardaire à 17 ans. Lorsque Philippe Wobiwouo va pour la première fois dans un supermarché en Suisse, il se rend compte que l’huile d’olive coûte cher. Il est alors âgé de 16 ans. L’occasion faisant le larron, il se lance un an plus tard dans la livraison des déchets d’huile d’olive (huile d’olive aromatisée) dans certains supermarchés suisses. Un business qui va lui rapporter au total quatre millions d’euros, soit plus de 2,6 milliards de F. « J’ai détecté un besoin que j’ai très vite transformé en opportunité », relate-t-il avec nostalgie. Nostalgie dans la mesure où il n’a pas su gérer ce pactole. Promis à une carrière de médecin, il abandonne tout après son Baccalauréat scientifique obtenu avec mention, pour intégrer l’école des affaires de Milan en Italie en 2002. 

Après un passage remarqué dans plusieurs boîtes, notamment Benetton, L’Oréal et Universal, il décide de se mettre à son propre compte. En 2010, il créé Push and Buzz et rentre au pays. L’entreprise est spécialisée dans l’import-export (champagne et carreaux), l’évènementiel (musique) et très prochainement l’agriculture. L’entreprise qui emploie une dizaine de personnes au Cameroun, affiche un capital social de 30 millions de F. Pour la seule année 2017, Philippe a réalisé un chiffre d’affaires de 960 000 euros, soit environ 630 millions de F. Il a vendu 5400 bouteilles de champagne durant cette même période. 

Pour couronner le tout, l’entrepreneur est le directeur général Cameroun de la multinationale espagnole BTD, représentée dans 22 pays et opérant dans les secteurs de l’eau, de la santé et de la formation professionnelle. Malgré toutes ces casquettes, Philippe Wobiwouo ne se prend pas la tête. Sa réussite réside dans l’organisation. « Je fais confiance à mes collaborateurs et je délègue. En tant qu’homme d’affaires, tu ne peux pas réussir si tu ne formes pas quelqu’un qui va te remplacer quand tu ne seras pas là », avise-t-il. Son ambition : rendre les entreprises qu’il dirige leaders dans le secteur du marketing et être le Amancio Ortega (propriétaire de la marque Zara) africain.  

Partager cet article

Commentaires

    List is empty.

laisser un commentaire

Autres articles Ă  lire ...


Après les travaux préliminaires débutés e...


Le 30 octobre dernier à Yaoundé, les experts de la douane de l’Afrique centrale et de l’Ouest se sont séparés après deux jours d’échanges et de réflexions sur l’avenir de ce secteur névralgique, à l’aube de la création de la zone de libre-échange continentale africaine (ZLEC). L’élaboration des premiers contours du plan stratégique triennal 2019-2022 en vue de faciliter les échanges en est la principale résolution. L’option de la mutualisation des forces, à travers entre autres, l’harmonisation des régimes douaniers et la nu...


La Chambre de commerce, d’industrie, des mines et de l’artisanat du Cameroun (CCIMA) tire la sonnette d’alarme. Le chiffre d’affaires des promoteurs des PME de la place est en baisse selon une récente étude réalisée en mars et avril derniers, disponible sur son site Internet. Sur un échantillon de 241 PME, 44,59% des chefs d’entreprises consultés dans le cadre de l’enquête baromètre 2018 reconnaissent une baisse de chiffre d’affaires en 2017.

L’enquête révèle en outre que les artisans ont été les plus affectés (65%) du fait des condition...