loader

Martial Gervais Oden Bella : L’entrepreneur écolo

15 ans après ses débuts, le promoteur de la société « GIC Bellomar » continue de former des créateur

En un tour de main, Martial Gervais Oden Bella, 36 ans, passe de sa blouse de chimiste à ses habits de consultant international en renforcement de capacités. Le promoteur de la société « GIC Bellomar » se plaît depuis 15 ans dans la production de savons, de détergents, d’huiles essentielles ainsi que dans la valorisation de certains déchets comme les huiles végétales usées. Assez vite, l’entrepreneur écolo s’est rendu compte que plus de 10 000 litres d’huiles de friture usées sont déversées chaque année par 12 hôtels de la ville de Douala. Pour lui, ces résidus polluent la nappe phréatique et sont même récupérés par des ménages pour consommation, ce qui n’est pas sans incidence sur la santé. « Il était question de les revaloriser en les transformant en savon de lessive et en détergent en poudre », explique le chimiste. Le procédé est communiqué à des entrepreneurs dans le cadre du projet « Western to weath » et des fiches techniques seront bientôt mises en vente sur internet pour une meilleure vulgarisation. De fil en aiguille, Martial Gervais Oden Bella, qui en plus de sa base de chimiste a reçu une formation d’entrepreneur à Londres, pense à partager ses connaissances avec des entrepreneurs locaux et étrangers. C’est ainsi que débute son activité de renforcement des capacités des entrepreneurs. 

Depuis 2006, le Gic Bellomar, qui a vu le jour en 2002 mais s’est formalisé quatre ans plus tard, forme une trentaine d’entrepreneurs par an. « La formation est le volet le plus rentable de nos activités », indique le promoteur. L’entreprise veut en faire plus, exponentiellement plus. D’ici quelques jours, elle envisage de lancer le projet « bellomarlearning » qui ambitionne de former 10 000 personnes par an. La plateforme web apportera des enseignements dans les domaines de la chimie industrielle, de l’agroalimentaire et la valorisation des déchets. Production d’huile essentielle, montage et gestion de projets, formation dans la fabrication de savons et détergents…, la société Gic Bellomar semble avoir trouvé ses marques, mais espère grandir davantage. Dotée d’un chiffre d’affaires de 6 millions de F par an, l’entreprise emploie pour le moment six personnes, de manière permanente. 

Partager cet article

Commentaires

    List is empty.

laisser un commentaire

Autres articles à lire ...


Après les travaux préliminaires débutés e...


Le 30 octobre dernier à Yaoundé, les experts de la douane de l’Afrique centrale et de l’Ouest se sont séparés après deux jours d’échanges et de réflexions sur l’avenir de ce secteur névralgique, à l’aube de la création de la zone de libre-échange continentale africaine (ZLEC). L’élaboration des premiers contours du plan stratégique triennal 2019-2022 en vue de faciliter les échanges en est la principale résolution. L’option de la mutualisation des forces, à travers entre autres, l’harmonisation des régimes douaniers et la nu...


La Chambre de commerce, d’industrie, des mines et de l’artisanat du Cameroun (CCIMA) tire la sonnette d’alarme. Le chiffre d’affaires des promoteurs des PME de la place est en baisse selon une récente étude réalisée en mars et avril derniers, disponible sur son site Internet. Sur un échantillon de 241 PME, 44,59% des chefs d’entreprises consultés dans le cadre de l’enquête baromètre 2018 reconnaissent une baisse de chiffre d’affaires en 2017.

L’enquête révèle en outre que les artisans ont été les plus affectés (65%) du fait des condition...