loader

« Notre développement passe par l’inventivité des jeunes »

Félix Watching, directeur de l’Ecole nationale supérieure des Postes, des Télécommunications et des

L’environnement socio-économique au Cameroun est-il favorable à l’éclosion d’une véritable culture de l’entrepreneuriat, notamment l’auto-emploi en milieu jeune ?

Au Cameroun, il existe une batterie de mesures pour favoriser la culture de l’entrepreneuriat et l’auto-emploi en milieu jeune. Il s’agit d’explorer à trois niveaux. Au plan législatif, l’Etat a pris des mesures conséquentes, parce qu’il suffit d’avoir au minimum 100 000 F pour se doter d’une structure. Au plan de la formation, il existe plusieurs centres de formation, notamment SUP’PTIC qui opère beaucoup plus dans l’économie numérique, c’est-à-dire, le Cameroun digital de demain. Il y a également Polytech. Toutes sont des structures appelées à former pour qu’à la sortie, ces jeunes se mettent à leur propre compte sans forcément attendre une manne venant de l’Etat. Au plan financier, l’Etat a mis sur pied un Plan triennal spécial jeunes doté de plus de 102 milliards de F, et a créé plusieurs structures rattachées au ministère de la Jeunesse (PAJER-U, PIAASI, etc.) pour l’autonomisation des jeunes. 

Quelles sont les qualités dont doit disposer un jeune travailleur indépendant pour s’assumer pleinement ?

Un jeune entrepreneur doit non seulement être bien formé, respecter la règlementation en vigueur, mais aussi avoir un sens de la créativité. Il doit être doté du savoir, du savoir-faire et du savoir-être. Et, à l’heure actuelle, c’est le savoir-faire numérique qui a pignon sur rue, parce que c’est le poumon de l’économie camerounaise dans un proche avenir. Dans le numérique, il n’y a pas de barrière en ce qui concerne l’emploi, encore moins de barrière entre les pays du Nord et ceux du Sud. Le jeune entrepreneur doit également être quelqu’un d’ouvert et relationnel. On ne peut pas travailler en vase clos. Il doit faire preuve d’un sens de leadership avéré et éprouvé. En tant que leader, il doit intégrer le fait que l’agent d’entretien a son mot à dire par rapport au technicien ou au directeur opérationnel. Donc, il doit mettre toutes ces entités ensemble et les fédérer autour d’un objectif commun; mieux, autour de sa vision. Cette qualité de leader doit être inculquée à ces jeunes qui veulent entreprendre ou qui le font déjà. De plus en plus, on note une volonté des jeunes de se mettre à leur propre compte. Le développement du pays passe par leur inventivité, dans la mesure où c’est le privé qui développe un pays. Les jeunes doivent savoir qu’ils ont intérêt à fonctionner avec des structures telles que le GICAM, le FNE, par exemple. Il est parfois intéressant d’employer que d’être employé. L’ensemble des structures créées et résolvant les problèmes de la population rendra notre pays émergent. Les jeunes doivent avoir confiance en eux-mêmes. La jeunesse camerounaise regorge un énorme potentiel. Je suis convaincu que dans chaque lycée, dans chaque unité de formation, il y a du génie. Il y a des Bill Gates et des Mark Zuckerberg qui sommeillent. Il leur faut juste un accompagnement. C’est la raison pour laquelle nous avons mis sur pied un centre d’incubation appelé Business Academy pour rendre les projets matures.    

Quelles sont les clés d’une entreprise compétitive et durable ?

Pour exister dans la durée, il faut d’abord étudier le marché, c’est-à-dire identifier les besoins de la population pour y apporter une solution scientifique. Ces problèmes sont récurrents et tellement proches de nous. Dans le domaine agricole, l’agriculteur est souvent limité par le manque de pluies, l’enclavement des bassins de production. Prenez par exemple la géomatique. Les problèmes de paludisme peuvent être résolus à travers cette technique. Si on parvient à isoler la fréquence de résonnance des moustiques, surtout l’anophèle femelle, le paludisme pourra être enrayé autrement à travers les TIC. Il ne faut pas créer une entreprise par mimétisme ou faire un clonage de solutions. On ne peut pas adapter les solutions françaises aux problèmes rencontrés par les Camerounais. En outre, il est nécessaire de s’entourer de ceux qui vont vous accompagner vers cette solution. « The Right man at the right place”, comme disent les anglo-saxons. Quand vous avez tout mis en place, vous apportez votre financement et vous allez à la quête d’autres financements extérieurs aussi bien auprès des bailleurs de fonds que des investisseurs privés.  

Comment les jeunes entrepreneurs peuvent donc obtenir les financements pour développer leurs activités ?

Il suffit que le projet soit viable. Regardons un peu l’expérience de William Elong qui a conçu récemment des drones. Il a réussi à faire des levées des fonds qui lui ont permis d’obtenir des financements pour se lancer. Surtout que c’est une solution qui concerne tout le monde. A partir du moment où le projet est viable et apporte une solution à un problème déterminé, les opportunités de financement vont s’ouvrir d’elles-mêmes. Le blocage est dans la cervelle. Tout est dans la manière d’oser, d’innover. Si on parvient à décliquer cet aspect, le reste va suivre. Techniquement, ledit projet doit répondre à un besoin précis de la population. Par ailleurs, il faut s’informer. Les pouvoirs publics octroient des appuis aux jeunes, mais certains jeunes ne sont pas au courant. Il faut apprendre à aller vers l’information plutôt que d’attendre qu’elle vienne vers vous. 

 

 

Partager cet article

Commentaires

    List is empty.

laisser un commentaire

Autres articles Ă  lire ...


Après les travaux préliminaires débutés e...


Le 30 octobre dernier à Yaoundé, les experts de la douane de l’Afrique centrale et de l’Ouest se sont séparés après deux jours d’échanges et de réflexions sur l’avenir de ce secteur névralgique, à l’aube de la création de la zone de libre-échange continentale africaine (ZLEC). L’élaboration des premiers contours du plan stratégique triennal 2019-2022 en vue de faciliter les échanges en est la principale résolution. L’option de la mutualisation des forces, à travers entre autres, l’harmonisation des régimes douaniers et la nu...


La Chambre de commerce, d’industrie, des mines et de l’artisanat du Cameroun (CCIMA) tire la sonnette d’alarme. Le chiffre d’affaires des promoteurs des PME de la place est en baisse selon une récente étude réalisée en mars et avril derniers, disponible sur son site Internet. Sur un échantillon de 241 PME, 44,59% des chefs d’entreprises consultés dans le cadre de l’enquête baromètre 2018 reconnaissent une baisse de chiffre d’affaires en 2017.

L’enquête révèle en outre que les artisans ont été les plus affectés (65%) du fait des condition...