loader

Gestion des réfugiés et déplacés : La Banque mondiale apporte 82 milliards de F

Le projet de financement sera présenté au conseil d’administration de l’institution en fin mars. Ent

La Banque mondiale (BM) a un agenda chargé pour 2018 au Cameroun. D’abord, elle va poursuivre l’appui budgétaire dans le cadre de la Facilité élargie de crédit. En 2017, ce sont 200 millions de dollars (105 milliards de F environ) qui ont été débloqués. La suite du calendrier prévoit un deuxième décaissement de 100 millions de dollars (52 milliards de F à peu près) en septembre prochain et un troisième décaissement de la même somme en 2019, selon les besoins exprimés par le Cameroun. Les discussions avec le gouvernement au sujet du deuxième décaissement devraient débuter, selon la directrice des opérations de la Banque mondiale, Elisabeth Huybens, ce mois de février ou en mars au plus tard. Toujours au cours de cette période, l’institution financière va soumettre à son conseil d’administration, le projet d’apport de 156 millions de dollars, soit plus de 82 milliards de F, au Cameroun pour renforcer l’accueil des réfugiés et améliorer les conditions de vie des populations vulnérables dans les régions qui accueillent le plus grand nombre de personnes déplacées.

Accueil de réfugiés

La Banque mondiale, via la fenêtre IDA 2018, a un guichet spécial dédié aux réfugiés et aux communautés d’accueil. C’est au cours d’une rencontre à Yaoundé le 2 février dernier que la directrice des opérations en a dévoilé les contours. Sur les 156 millions de dollars, 130 millions de dollars (soit 68 milliards de F) seront alloués sous forme de don et 26 millions de dollars (13 milliards de F) seront remboursables aux taux habituels du crédit IDA. Les fonds sont des financements additifs au Programme national de développement participatif (PNDP), au projet « Santé », au projet « Filets sociaux » et au projet « Education de base ». « L’idée de ce guichet spécial est de rééquilibrer la situation entre les réfugiés qui reçoivent des aides d’ONG et les populations d’accueil en les aidant à mieux faire face à l’afflux des réfugiés », a expliqué Benjamin Burckhart, spécialiste principal en développement social à la BM. Ses récentes descentes sur le terrain ont montré qu’au niveau de Meïganga, la commune est passée de 20 000 à 50 000 habitants. « Si on prend le cas d’une école dont l’effectif est passé de 200 à 600 élèves à cause de l’afflux de réfugiés, le programme va pouvoir amener des enseignants rémunérés par l’Etat, augmenter le nombre de salles de classe, s’assurer que les enfants ont un meilleur accès aux campagnes de vaccination et permettre aux familles les plus vulnérables d’avoir des activités génératrices de revenus », a-t-il ajouté.
Le Cameroun accueille plus de 198 000 personnes déplacées à l’intérieur du pays et 360 000 réfugiés suite aux exactions de la secte Boko Haram au Nigeria et à la guerre civile en RCA, selon les Nations Unies. Une fois validé, le projet devrait être opérationnel dès la mi 2018.

La BM compte également présenter le dossier du projet hydroélectrique de Nachtigal avant la fin du mois de juin 2018; projet qui sera construit sur financement de la Société financière internationale (SFI) et d’autres bailleurs de fonds. L’institution financière souhaite, à travers la garantie qu’elle apporte (300 millions de dollars, soit 158 milliards de F), permettre aux banques commerciales basées au Cameroun de participer au financement de ce barrage et de rallonger leur durée de prêt qui est habituellement de sept ans.

Partager cet article

Commentaires

    List is empty.

laisser un commentaire