loader

Sites touristiques

Des paysages pittoresques

En attendant le feu vert du gouvernement pour la réouverture des grands sites tels que Waza et Rhumsiki, d’autres lieux séduisent.

 

Le Lac de Maga, le Sultanat de Pouss, les cases en obus de Mourla, le pic de Mindif, la célèbre chefferie du village Oudjila…la liste est loin d’être exhaustive pour les sites qui font parler d’eux en termes de fréquentation par les touristes dans la région de l’Extrême-Nord. Dans la suite des touristes allemands et polonais en octobre et novembre dernier, le constat révèle que c’est avec beaucoup de plaisir que ces Européens font le tour de la région. Dans le Mayo-Danay, ils ont visité la station nautique et se sont baladé en pirogue sur le lac de Maga. A Pouss, ils ont visité le Sultanat et le marché. Non loin de Pouss, le lamidat de Guirvidig. Dans le Mayo-Kani, une visite a été effectuée au Pic de Mindif.  Dans le Diamaré, la balade a été effectuée au centre artisanal, à la tannerie et au village artisanal de Maroua. Dans le Mayo-Sava, le groupe Polonais a visité le marché périodique du village Mayo-Plata à Tokombéré avec son marché où on retrouve la « succulente » viande de chien. Dans le Mayo-Tsanaga, les deux groupes se sont rendus au marché du village Tourou, localité frontalière avec le Nigeria. 

Au campement de Rhumski, Allemands et Polonais y ont passé de bons moments, en bénéficiant d’un accueil chaleureux de la population au point de ne pas cacher leur satisfaction. A la fin de la visite, l’Allemand Garting Werler qui n’est pas à sa première expérience dans la région, a d’ailleurs déclaré que « cette nature lui manquait déjà trop. La diversité culturelle, l’ambiance dans les marchés et bien d’autres choses encore qui se vivent, elles ne se racontent pas. Des choses qui m’amènent à dire qu’il y a de la vie dans la région de l’Extrême-Nord, contrairement à ce que je m’imaginais avant de venir », témoigne-t-il.

Pour la plupart des promoteurs du secteur du tourisme rencontrés dans la ville de Maroua, à l’instar de Germain Firissou, promoteur d’une agence de tourisme à Maroua, « nous pouvons dire que les touristes tardent encore à venir. La reprise est timide et nous travaillons pour les encourager à revenir », fait-il remarquer. Il poursuit en indiquant que
« l’impact économique est encore timide pour l’instant, c’est beaucoup plus les employés des organismes humanitaires et autres qui nous aident un peu à surmonter le creux que nous vivons ». 

Partager cet article

Commentaires

    List is empty.

laisser un commentaire

Autres articles à lire ...


Après les travaux préliminaires débutés e...


Le 30 octobre dernier à Yaoundé, les experts de la douane de l’Afrique centrale et de l’Ouest se sont séparés après deux jours d’échanges et de réflexions sur l’avenir de ce secteur névralgique, à l’aube de la création de la zone de libre-échange continentale africaine (ZLEC). L’élaboration des premiers contours du plan stratégique triennal 2019-2022 en vue de faciliter les échanges en est la principale résolution. L’option de la mutualisation des forces, à travers entre autres, l’harmonisation des régimes douaniers et la nu...


La Chambre de commerce, d’industrie, des mines et de l’artisanat du Cameroun (CCIMA) tire la sonnette d’alarme. Le chiffre d’affaires des promoteurs des PME de la place est en baisse selon une récente étude réalisée en mars et avril derniers, disponible sur son site Internet. Sur un échantillon de 241 PME, 44,59% des chefs d’entreprises consultés dans le cadre de l’enquête baromètre 2018 reconnaissent une baisse de chiffre d’affaires en 2017.

L’enquête révèle en outre que les artisans ont été les plus affectés (65%) du fait des condition...